Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Annexe de l’article : « Tariq Ramadan VS Zemmour et Naulleau »

 

Un point de vue sur des sujets « controversés »


Avant-propos : tout d’abord, cette ébauche n’est nullement l’apologie de l’application de peines capitales. Je prends cette précaution, car –  avec un degré de susceptibilité mesuré –  on peut dire que l'Islam est un sujet où les amalgames sont plus rapidement créé que pour n'importe quel autre sujet. Ma position par rapport à « ces sujets délicats » est exactement la même que celle de Tariq Ramadan, à savoir qu’il est plus que jamais temps que les musulmans aient une position commune par rapport à l’application des peines. Si certaines sentences peuvent être jugées comme « extrêmes » (Dieu nous ayant créé avec notre sensibilité et notre émoi), il est alors INACCEPTABLE que celles-ci soient appliquées à des conditions HORS DU CADRE de la législation et de la sagesse islamique. Car hors du cadre, ce n'est plus l'Islam.

 

La préservation de la vie est quelque chose de particulièrement sacré en Islam :

 

« Quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. »

[Sourate 5 v32. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

Un gouverneur (musulman) juste ne peut « prendre à la légère » les conditions pour appliquer des peines, principalement lorsqu’il s’agit de peines capitales ! C’est exactement le débat que veut poser Tariq Ramadan. Pourquoi ne reçoit-il pas que des échos favorables ? Dieu seul le sait …

 

 

 

Le but de ce texte est de faire comprendre qu’il y a une différence majeure entre ce que dit l’Islam et ce qu’en font les musulmans.

 

Sans que cela ne justifie les excès actuels de certains régimes, la chute du Califat (1924) et les frontières « artificielles » dessinées entre autres par les britanniques et les français – notamment dans le démantèlement de l’Empire Ottoman – et la mise en place de Royaumes « dessinés » en fonction des intérêts « occidentaux » (économiques), ces fameux « plans de partages » ; cela sans tenir compte des intérêts de la « nation islamique ».

C’est le débat que propose M. Tariq Ramadan, celui de se réunir sur « quelque chose de commun ». Mais n’est-ce pas là déjà une « pré-proposition » pour réinstaurer un « centre islamique mondial » ?, une « autorité » acceptée par tous les musulmans (j’entends tous les gouvernements islamiques du Maroc en Indonésie). En un mot (et il fait peur à certains), un retour au
« califat » ?

A vrai dire je ne sais pas si ces quelques élucubrations personnelles (le début d’une « autorité centrale » et le califat) ont une once de vérité, ni si c’est un objectif « caché » de Tariq Ramadan (ne le « diabolisons » pas davantage !). Toujours est-il qu’en tant que musulman de culture européenne, je défends personnellement l’image d’un Islam qui se veut juste – moi et tant d’autres – et, très modestement, je vais tenter de montrer ce que disent certains Textes.

 

1) La lapidation : premièrement, il n’y a pas dans les Textes islamiques de lapidation des femmes. Il y a la lapidation des adultérins (hommes ou femmes mariés qui ont une relation extraconjugale)  … mais à quelle condition ? La condition est d’avoir, entre autres, quatre témoins oculaires. Quatre témoins oculaires, c'est-à-dire quatre témoins qui – pour parler cru ont vu la pénétration !

 

« Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n'acceptez plus jamais leur témoignage. Et ceux-là sont les pervers, »

[Sourate 24 v4. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

La suite : 

6. Et quant à ceux qui lancent des accusations contre leurs propres épouses, sans avoir d'autres témoins qu'eux mêmes, le témoignage de l'un d'eux doit être une quadruple attestation par Allah qu'il est du nombre des véridiques,

7. et la cinquième [attestation] est “que la malédiction d'Allah tombe sur lui s'il est du nombre des menteurs”.

8. Et on ne lui infligera pas le châtiment [de la lapidation] si elle atteste quatre fois par Allah qu'il [son mari] est certainement du nombre des menteurs,

9. et la cinquième [attestation] est que la colère d'Allah soit sur elle, s'il était du nombre des véridiques.

10. Et, n'étaient la grâce d'Allah sur vous et Sa miséricorde... ! Allah est Grand, Accueillant au repentir et Sage !

11. Ceux qui sont venus avec la calomnie sont un groupe d'entre vous. Ne pensez pas que c'est un mal pour vous, mais plutôt, c'est un bien pour vous. A chacun d'eux ce qu'il s'est acquis comme pêché. Celui d'entre eux qui s'est chargé de la plus grande part aura un énorme châtiment.

12. Pourquoi, lorsque vous l'avez entendue [cette calomnie], les croyants et les croyantes n'ont-ils pas, en eux-mêmes, conjecturé favorablement, et n'ont-ils pas dit : “C'est une calomnie évidente ? ”

 

13. Pourquoi n'ont-ils pas produit [à l'appui de leurs accusations] quatre témoins ? S'ils ne produisent pas de témoins, alors ce sont eux, auprès d'Allah, les menteurs.

 

14. N'eussent-été la grâce d'Allah sur vous et Sa miséricorde ici-bas comme dans l'au-delà, un énorme châtiment vous aurait touchés pour cette (calomnie) dans laquelle vous vous êtes lancés,

15. quand vous colportiez la nouvelle avec vos langues et disiez de vos bouches ce dont vous n'aviez aucun savoir; et vous le comptiez comme insignifiant alors qu'auprès d'Allah cela est énorme.

[Sourate 24. Traduction relative et rapprochée du sens des versets]

 

 

Le retour au Texte est très clair : celui qui ne peut fournir quatre témoins recevra cent coups de fouet (ce qui est supposé donner l'envie de se taire plutôt que de prendre le risque d'accuser à tort –  de plus, si trois témoins ont effectivement vu l'acte, s'ils ne peuvent réunir le quatrième témoin, ils recevront eux-mêmes la sentence appropriée aux calomniateurs) ; la sagesse dans le cadre de la Charia impose donc à celui qui a « des doutes » sur le comportement de son partenaire, d’envisager un divorce plutôt qu’une éventuelle calomnie pouvant se retourner contre lui. Si la femme (ou le mari) reçoit une accusation d’adultère venant de son mari (ou son épouse) alors que la condition des quatre témoins n’est pas respectée, le seul témoignage de la personne accusée suffira et sa bonne foi sera acceptée, tout en appelant à soi la malédiction de Dieu s’elle est du nombre des menteurs.

 

Autrement dit, en Islam c’est Dieu l’Unique qui jugera le jour du jugement dernier.

 

Bien que Dieu ait fait des hommes ses témoins sur terre.

A moins que certains se soient mis en position pour recevoir ces « châtiments extrêmes »*, les conditions d’application des peines (concernant plus spécifiquement les châtiments corporels) sont telles qu’elles sont quasi impossibles d’être appliquées.

* Avoir des rapports sexuels en public, devant tout le monde ? Partager ses émois à l’aide d’une webcam ? Mieux vaut sans doute, dans un état islamique, « fermer la porte » pour commettre le péché 

 

Le fait qu’elles existent mérite surtout que l’on médite sur l’ignominie qu’est la tromperie et l’adultère. Combien sont ceux (et une écrasante majorité de femmes malheureusement) qui ont été trompé(e)s après 5, 10, 20 (voir plus !) années de mariage ? Certaines (et même certains) par peur de l’inconnu, peur de refaire sa vie (peur de rompre l’équilibre familial, pour les enfants en particulier) acceptent cette situation et continuent à vivre dans un climat très particulier.

Le profane peut naturellement critiquer la « brutalité » des Textes, mais on ne peut occulter les conditions drastiques d’application. Si certains états supposés islamiques appliquent des peines de manière exagérée et en opposition aux Textes islamiques, ce n’est pas Dieu qui est injuste (que Dieu nous préserve de tel blasphème). 

Cela étant dit, la personne mariée qui veut commettre l’ignominie qu’est d’avoir une aventure, de tromper son épouse (ou son mari) a, dans le cadre d’une Charia authentique, trois options :

a)      Divorcer et se remarier.

b)      Ne pas divorcer (ou ne pas spécialement se remarier) tout en évitant de faire l’acte devant quatre témoins.

c)      Emigrer dans une terre ou la fornication est permise.

 

Note: les deux dernières options ne laissent pas présager à repos tranqulle dans sa tombe, et encore moins le Jour du Jugement dernier.

Sans rentrer dans un sujet impliquant la rhétorique d’un « clash des civilisations », les musulmans n’ont pas comme ambition d’imposer la Charia en Europe (et encore, j'insiste sur le fait que si elle était appliquée conformément aux principes, elle effraierait beaucoup moins de monde. Malheureusement, des dirigeants iniques
– oui, on est d'accord que la majorité des pays musulmans sont gouvernés par des dictateurs – parviennent à attirer les projecteurs sur eux via des pratiques moyen-âgeuses, non-islamiques). Par contre l’Europe avec sa « démocratie laïco-libertaire » a déjà conquis bon nombre de pays musulmans. Aujourd’hui on peut se faire avorter légalement en Tunisie, et en Turquie (ce qui est tout un symbole !).

Si j’évoque l’avortement, c’est parce que l’Europe – l’occident de manière générale – ne doit pas cacher sa misère humaine et sociale derrière des paroles de bien-pensance humaniste en stigmatisant, de surcroit, des comportements – même si certains sont répréhensibles – de peuples ayant un autre patrimoine culturel (et cultuel).

Ce n’est pas faire l’apologie des châtiments corporels que de noter que 50.000 bébés sont tués chaque année dans le cadre d'interruptions volontaires de grossesses. Celui qui pense que cela n’est pas comparable aux châtiments appliqués dans certains états islamiques, on est tout à fait d’accord !

Premièrement : un bébé n’est coupable de rien lorsqu’on lui ôte la vie !* Et Deuxièmement, qui pourra concurrencer cette civilisation pseudo humaniste qui a déjà tué volontairement un milliard (oui un milliard !), soit l’équivalent d’un sixième de la population mondiale actuelle, d’âmes innocentes depuis 1945 ?**

*Même si on l’appelle fœtus, c’est un bébé en phase prénatale qui vit déjà : il a des membres, des réflexes, et ressens les émotions. Dans tous les cas, c'est un aspirant légitime à la vie. D'ailleurs, l'émoi que suscite le meurtre d'une femme enceinte (une femme et son bébé !) indique qu'on reconnait la légitimité de l'aspirant à la vie, qui est autre chose qu'un morceau de chair sur qui on a droit de vie ou de mort. Il faut absolument voir le film « le cri silencieux » pour bien comprendre qu’on ne parle pas d’un bout de plastique inerte ! Vous retrouverez ce film dans l’article
« Génocide et laïcité », c’est à voir absolument.

**L'avortement/IVG en Europe : En Europe (UE des 27) il se produit un avortement toutes les 27 secondes, soit presque un 1,2 millions d'avortements par an. Une grossesse sur cinq se termine par un avortement (18,5%). Source : avortementivg.com

 

Le  but de cette remarque n’est pas de jeter l’opprobre sur une civilisation en particulier ;

 

je suis convaincu qu’aucune civilisation n’a le monopole de l’injustice et de l’ignominie.

 

Je rappelle que je suis musulman de culture européenne, et que – pour moi – la seule démarche constructive est d’agir (localement) dans le but de construire une société meilleure, plus juste, autour d’une loi commune, en débattant entre autres de sujets d’intérêts « nationaux » – cela dans le respect des droits de chacun et pour la bonne entente des individus qui composent la société. Cela est préférable que de vouloir s’ingérer dans ce que font les autres ; cette attitude n’étant constructive pour personne.

La remarque vaut bien entendu pour chaque peuple, chaque nation. Tariq Ramadan appelle, dans le cadre des châtiments corporel, à une réflexion internationale dans le monde musulman*. Il y a des bonnes volontés, puissent-elles être contagieuses !

* Je rassure les lecteurs, il y a d’autres sujets en Islam où la communauté travaille. Certaines choses avancent heureusement. Notamment dans cet Islam « européen » ou les musulmans sont intégrés (même si certains ne les intègre pas, ces derniers peuvent aussi s’instruire et s’auto-éduquer), lettrés, maniant aussi le verbe, pouvant se défendre, et participant activement à des projets locaux et nationaux.

 

Pour en revenir sur l’Islam, je reste persuadé que s’il existait un modèle, un pays, ou la Charia était correctement appliquée, il y aurait certes beaucoup moins de polémiques. La communauté islamique est donc directement responsable d’une partie des critiques qu’elle reçoit … mais que l’Occident entende également les critiques qu’il reçoit !

 

2) Le crime d’apostasie : des textes qui évoquent la peine de mort pour l’apostat existent effectivement*, mais encore une fois le contexte et les conditions d’application sont complexes. Nous avons par exemple des textes authentiques où le prophète (paix et bénédiction sur lui) n’a pas appliqué la sentence sur certaines personnes ayant apostasié. 

Le second calife de l’Islam, Omar (que Dieu l’agrée) a reprouvé la condamnation de la peine capitale à propos de six individus ayant subi la peine capitale. Le calife Omar ibn Abdul Aziz (que Dieu l’agrée) fut informé de l’apostasie d’un groupe de personnes ; il a demandé à ce qu’on applique sur eux la jizya**. Ceci montre que ces deux califes n’ont pas considéré la peine capitale pour apostasie comme étant une règle d’ordre général, applicable de façon intemporelle et systématique***. Et pourtant, il n’y a aucun doutes que derniers avaient connaissance des Textes évoquant la sentence capitale !

* Pas de le Coran, mais dans la tradition prophétique (sunna)/

** Impôt dit de capitation, mais qui en fait garantissait aux non-musulmans vivant en terre d’Islam la sécurité, la liberté de culte, et le droit à la propriété. Ils étaient entre autres dispensés du service militaire.

*** Ces récits concernant ces deux califes ont été repris par un savant contemporain, Muhammad Salim al-Awwa.

 

Une autre opinion parmi les hanafites est de dire que le contexte particulier de la peine capitale pour apostasie concernait des combattants potentiels, ceux qui pourraient revenir sur leurs talons et ensuite combattre les musulmans de l’intérieur.

 

Il faut donc retenir que la peine capitale pour l’apostat n’est pas quelque chose de systématique et que son application relève de l’autorité et des tribunaux islamiques. La règle étant l’intérêt de la communauté islamique, et c’est de cette façon que cela fut appliqué (ou pas) déjà par les premiers califes.

 

Il va de soi aujourd’hui que la peine capitale pour apostasie aurait davantage pour effet de stigmatiser une forme d’intolérance de l’Islam, et par la même occasion de faire fuir ceux qui s’intéressent à cette noble religion. Nous notons que les progressistes parmi les musulmans existent depuis le début de l’Islam. La pensée islamique a depuis toujours évolué selon le contexte, la situation des musulmans, et les conditions spécifiques d’application de certaines peines. L’obscurantisme restant un des plus grands dangers de la religion. 

Malheureusement depuis l’âge d’or de l’Islam, la pensée islamique – plus précisément la jurisprudence islamique (al fiqh) – n’a pas su évoluer comme ce fut le cas lors des premières générations de l’Islam. Nous ne parlons pas spécialement de réformes : les Textes sont intemporels, par contre il serait bien de retrouver un certain dynamisme au sein même des élites de la communauté musulmane pour relire ces Textes dans l’esprit des pieux prédécesseurs, l’esprit qui a permis de légiférer et de porter lumière à la communauté musulmane jusqu’à aujourd’hui encore ! Je pense notamment aux quatre grandes écoles de jurisprudence (Malikite, Hanbalite, Hanafite, Shaféite).

Je recommande la lecture de l’ouvrage de Bilal Philips,
le fiqh et son évolution pour comprendre comment le droit islamique s’est constitué. Et à partir de quand il a perdu de son dynamisme.

 

L’obscurantisme, c’est tout simplement une partie des effets visibles d’une pensée, d’un dynamisme, qui se perd.

 

Et Dieu est plus savant.


A lire : l’appel à un moratoire international contre les châtiments corporels, la lapidation, et la peine de mort dans le monde musulman (de Tariq Ramadan), >>> cliquez ici



Retour à l'article : « Tariq Ramadan VS Zemmour et Naulleau »

Partager cette page

Repost 0
Published by

Bienvenue Sur Génération M !

  • : Génération M
  • Génération M
  • : Parce que l'ultra-libéralisme mondialiste droit-de-l'hommiste à la sauce atlanto-sioniste, n'empêche pas (encore) de réfléchir et de se poser les bonnes questions. BONNE VISITE !
  • Contact

Message d'accueil

logo_generationM.jpg
Bonjour et bienvenue sur ce blog !

Cet espace se veut être un lieu d'échanges et d'informations - disons - alternatives.
Vous êtes donc cordialement invités à laisser des commentaires ; je ne suis pas un "sectaire" qui prétend détenir "toute la vérité", c'est pourquoi je suis ouvert au dialogue. (lire plus...)

Merci d'avance de parler de ce blog.
Vous êtes la meilleure publicité !

bouton_intro-objectif.jpg
bouton actu
bouton pres-art

Recherche

Archives

www.generationM.be

Des idées pour améliorer ce blog ?
Vous avez noté une faute d'orthographe ?
Un lien qui ne fonctionne pas ?
Vous avez des questions ?
Merci de nous contacter
ici