Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 21:55

Facebook est, quoiqu’on en dise, un espace privilégié pour rechercher de l’information découpée fine. C’est aussi un espace plus qu’intéressant pour jauger – à travers les interventions et autres publications quotidiennes – la qualité de ceux qui transmettent à travers leur page des informations ou qui défendent des convictions.

A ce titre quand on a des contacts assez actifs sur Facebook – qui de surcroît jouissent d’une certaine crédibilité auprès de leurs publics respectifs – qui ont l’occasion d’avoir une discussion sérieuse et intéressante. La tentation est très forte de relayer la discussion quand on anime un blog, d’autant qu’en un seul clic tout peut disparaître sur Facebook, ce qui dans certains cas peut s’avérer dommage !


blanrue_piccinin.jpg


Voici donc l’échange entre Paul-Éric Blanrue et Pierre Piccinin, se présentant tous les deux comme historiens. Le fil de la discussion évoque le « volte-face » de Pierre Piccinin (déjà commentée sur ce blog) sur la question du conflit en Syrie.

Aucun des propos n’a bien évidemment été retouché, le tout mis en forme par Génération M. Les coquilles ont néamoins été corrigées pour le confort du lecteur.


Note : certains propos provenant d’autres intervenants ont été conservés pour ne pas à devoir couper les échanges entre Paul-Éric Blanrue et Pierre Piccinin qui ont rebondi sur l’un ou l’autre commentaire. Certains passages jugés pertinents ont été mis en gras, pour le lecteur pressé d’aller à l’essentiel.

 

(Cela démarre par l’image suivante publiée par Paul-Éric Blanrue sur sa page et à laquelle Pierre Piccinin a réagi)

 

democratie_toc-toc.jpg

 

20 juin, 12:10 · Pierre Piccinin

 

C'est peut-être un tout petit peu plus complexe que ça (je parle de la Syrie).

 

 

20 juin, 12:10 · Paul-Éric Blanrue

 

Vrai ou faux, Pierre ? => Avec l'appui financier du Qatar et de l'Arabie saoudite, les néo-Ottomans ont ouvert une sorte de couloir de trafic d'armes et de terroristes, à destination de la Syrie, écrit le numéro de lundi du journal syrien Al-Watan. Entre 1 200 et 2 000 combattants de différentes nationalités, ayant reçu les formations nécessaires pour mener leur mission, se sont infiltrés, ces derniers jours, en Syrie, ajoute le journal. Des missiles hyper sophistiqués anti-blindés, des missiles sol-air de courte portée, des équipements modernes de télécommunication et plusieurs tonnes d'explosifs, ont aussi été́ achemines en l'espace de quelques jours vers la Syrie. Toujours selon ce journal syrien, des dizaines d'assaillants, dont certains de leurs chefs, ont été́ tués dans des affrontements, ces derniers jours, entre les forces gouvernementales et des éléments armés, ont été transférés vers la Turquie.

 

(La voix de la République islamique d'Iran, le 11-06-2012)

 

La Syrie accuse de nouveau la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar de prêter assistance aux rebelles en leur fournissant des armes et de la logistique. Le quotidien syrien Al-Watan rapporte en effet que ces trois pays ont mis en place un corridor en territoire syrien pour livrer des armes aux rebelles. Selon le quotidien, ces rebelles disposent à présent d'armes sophistiquées et notamment de missiles sol-air, ainsi que des tonnes d'explosifs et des systèmes de communication et de diffusion par satellite.

 

(Kol Israël, le 11-06-2012)

 

Selon des sources bien informées à Idleb, au nord-ouest de la Syrie, plus de 2 000 terroristes de différentes nationalités, armés et équipés, ont réussi à franchir les frontières turco-syriennes et à entrer en Syrie. L'opération est financée par le Qatar et l'Arabie saoudite. Ces terroristes sont bien entrainés dans des bases militaires sur le sol turc. Toujours selon ces sources, les hélicoptères turcs évacuent quotidiennement des mercenaires armés vers des hôpitaux de fortune dressés sur les frontières. Ces derniers jours ont été marqués par une intensification sans précédent des attaques contre l'armée syrienne, attaques auxquelles les soldats ont répondu au prix de leur vie. Le bilan des pertes dans les deux camps ne cesse de s'alourdir. À Idleb, les habitants affirment que le nombre de terroristes ne cesse d'augmenter et toutes ces évolutions se déroulent sous les yeux des observateurs internationaux qui multiplient les rencontres avec les chefs de bandes. Selon Al-Watan, l'axe Riyad-Doha a équipé ses mercenaires de roquettes anti-blindés, de roquettes thermiques et de missiles sol-air Law.

 

(La voix de la République islamique d'Iran, le 12-06-2012)

 

http://blanrue.blogspot.fr/2012/06/la-derniere-reunion-du-mondialiste.html

 


21 juin, à 06:48 · Pierre Piccinin

 

‎Paul-Éric, dans l'ensemble, faux.

 


21 juin, 09:35 · Pierre Piccinin

 

Les rebelles disposent de kalachnikovs et grenades à main, pour l'essentiel; parfois quelques bazookas, mais exceptionnellement. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ils demandent de l'aide et pour laquelle ils sont partout écrasés par les forces gouvernementales (autrement mieux équipées en Syrie que l'étaient celles de Saddam ou de Kadhafi, et qui n'ont pas même besoin de déployer tout leur arsenal). Quand je lis que les rebelles disposent de missiles sol-air, pour les avoir côtoyés à plusieurs reprises (les rebelles), j'ai envie de rire; mais le caractère tragique de la situation me fait me raviser immédiatement.

 

 

21 juin, 09:40 · Paul-Éric Blanrue ‎

 

Pierre, en l'espèce, regardez bien les dates, ces hommes et ces armes sont arrivés APRÈS votre départ, donc, fort logiquement, vous n'avez pu les voir. Il s'agit d'un débarquement attesté de mercenaires du Qatar, d'Arabie Saoudite et de la Turquie (entre autres, car vous savez que la France participe elle-même à l'entrainement secret de groupes rebelles sur le sol turc) dans un pays souverain. Sauf à dire que ces pays n'agissent que par esprit humanitaire (ce qui doit vous faire sourire vous-même), ce simple fait démontre l'importance géostratégique qu'accordent ces pays à la Syrie, démentant en cela votre thèse d'une intervention "pour l'honneur". La présence, cette année, du porte-parole du Conseil national syrien au Groupe Bilderberg, aux États-Unis, me paraît instructive sur la nature des soutiens extérieurs apportés à la "résistance" à Bachar. Je m'étonne aussi qu'un catholique comme vous ne se sente pas gêné par le surgissement d'une guerre civile, qui aura pour inévitable effet le massacre (et/ou l'exil) de nombreux chrétiens.

J'ose enfin espérer qu'en appelant à la guerre de libération en Syrie, vous irez vous-même vous porter volontaire pour combattre les armes à la main, comme vous poussez nos pays (et nos enfants) à le faire.

 

 

21 juin, 10:20 · Pierre Piccinin

 

Si un tel arsenal a effectivement été fourni aux insurgés, alors, nous en verrons les effets prochainement. Mais je doute que ces "infos" soient vérifiées. En tout cas, jusqu'à présent, mes différents contacts continuent de m'informer du recul de la rébellion. Que les USA et d'autres acteurs se satisfassent de l'affaiblissement du régime, c'est certain; il n'en sera que plus malléable. Par contre, le but n'est pas de le faire tomber (d'où ce sous-armement dont souffrent les rebelles). Ne pensez-vous pas, en effet, que les rebelles auraient depuis longtemps reçu les armes dont vous parlez (et mieux ! ; en Libye, j'ai vu des chars d'assaut fournis par le Qatar), si l'OTAN ou quiconque avait résolu de démolir Assad? Quant à la guerre civile, elle n'est plus d'actualité depuis les élections du 7 mai. Je m'expliquerai en détail dans un gros rapport à sortir tout prochainement. ps : une intervention (qui n'aura pas lieu, car les guerres atlantistes n'ont lieu que lorsqu'il y a des intérêts économiques ou géostratégiques à promouvoir; ce qui n'est pas le cas en Syrie - au contraire) n'impliquerait pas nécessairement le déploiement de troupes au sol; mais une aide tactique aux insurgés. Et, pour répondre à votre dernière question : j'y pense.

 


21 juin, 11:16 · Pierre Piccinin

 

http://www.silviacattori.net/article3351.html (Réponse de Pierre Piccinin à Silvia Cattori)

 

 

21 juin, 11:24 · Paul-Éric Blanrue

 

Si "l'Occident" n'intervient pas directement ni davantage pour le moment, c'est surtout qu'il existe aujourd'hui une donnée nouvelle : la décision russe de ne pas lâcher Assad (pour le moment), avec Pékin à l'arrière-plan. On est dans un cas "à la Suez". Kadhafi n'a pas eu cette chance. Quant à la géostratégie, il n'est que trop évident qu'une guerre serait profitable à Israël, qui depuis des années veut faire tomber l'axe Téhéran- Bagdad -Damas, avec le Hezbollah et le Hamas dans les tuyaux, pour le remplacer par l'axe Israël - Syrie épurée - Turquie - Jordanie - Arabie saoudite - Qatar. Je m'étonne que cette évidence ne vous saute pas aux yeux.

 

 

21 juin, 12:09 · Pierre Piccinin

 

Tout au contraire : vous vous enfermez dans des grilles de lecture bien trop théoriques et rigides; Israël et Assad sont des alliés objectifs; à me lire prochainement sur Grotius.fr.

 

 

21 juin, 12:13 · Papa Moi 

 

Alliés objectifs, lol, M.r Piccinin, je crois que vous vous trompez

 

 

21 juin, 12:14 · Papa Moi

 

L’axe américano-sioniste est a l’oeuvre pour faire tomber Assad.

 

 

21 juin, 12:15 · Pierre Piccinin

 

Et les Francs-Maçons aussi?

 

 

21 juin, 12:17 · Pierre Piccinin

 

Et les extra-terrestres?

 

 

21 juin, 12:17 · Paul-Éric Blanrue

 

Pourquoi tomber dans la caricature ? Israël a très clairement appuyé les insurgés syriens : http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/11/01003-20120611ARTFIG00751-israel-prend-position-en-faveur-des-insurges-syriens.php

 

 

21 juin, 12:18 · Papa Moi

 

M. Piccinin, au lieu d essayer d’être drôle, soyez un petit peu objectif, cela vous grandira ;0)

 

 

21 juin, 12:20 · Pierre Piccinin

 

Oui, depuis que cet article fumeux est sorti, tout le monde me le ressert : le gvt israélien a timidement soutenu l'idée d'une "aide médicale" (c'est qd même le moins qu'il pouvait faire vis-à-vis de sa propre opinion publique, après le massacre de Houla et après s'être tu depuis plus d'un an, non?). Allons, même les Palestiniens de Syrie sont en train de rejoindre la rébellion et, du coup, de remplir les prisons, car ils espèrent qu'un changement de régime à Damas permettra à la Syrie de redevenir offensive contre Israël.

 

 

21 juin, 12:21 · Papa Moi

 

Je suppose que c'est de l’humour belge, haha

 

 

21 juin, 12:22 · Paul-Éric Blanrue

 

Je place ici l'article récent (12 juin). Je ne vois pas en quoi il est "fumeux". Chacun pourra se rendre compte des arguments stratégiques d'Israël dans le fil de discussion. Le voici : L'État hébreu renonce à sa « neutralité » en estimant que la chute de Bachar el-Assad affaiblirait aussi l'Iran.

 

« Je souhaite la victoire des rebelles syriens que j'admire pour leur courage » : cette petite phrase du président Shimon Pérès traduit le changement de ton d'Israël. Il y a un mois encore, la discrétion restait de rigueur. Mais cette prudence n'est plus de mise.

 

Bachar el-Assad a été longtemps considéré comme un moindre mal. Officiellement les deux pays sont en état de guerre. Mais la frontière sur le plateau du Golan conquis et annexé par Israël sur la Syrie est la plus calme de toutes depuis près de quarante ans. La coalition des opposants avec des islamistes, voire de sympathisants d'al-Qaida évoquée par des responsables des services de renseignements israéliens, n'avait pas de quoi susciter un élan de sympathie.

 

Malgré tout, les dirigeants israéliens ont choisi leur camp. Officiellement, ce tournant a été provoqué par la « barbarie » des partisans de Bachar el-Assad, qui apparaît de plus en plus comme un homme aux abois. « Nous n'agissons pas par opportunisme, mais tout simplement parce que les massacres ont atteint un niveau sans précéden t», assure Yigal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

 

D'autres considérations entrent aussi en ligne de compte. Selon Moshé Maoz, spécialiste du Moyen-Orient à l'Université hébraïque de Jérusalem, la nouvelle tactique résulte d'un calcul: « Pendant longtemps, les responsables israéliens ont caressé l'espoir que la Syrie renonce à son alliance avec l'Iran chiite et devienne plus modérée en se rapprochant des pays sunnites du Golfe. Or ce scénario est désormais impensable. L'ampleur des tueries commises contre les sunnites, qui forment le gros des insurgés, rend désormais tout renversement d'alliances impossible», affirme cet universitaire. Bref, plus la répression se durcit, plus le régime de Bachar el-Assad se trouve pieds et poing liés vis-à-vis de l'Iran, considéré par Israël comme l'ennemi le plus dangereux avec son programme nucléaire.

Éviter une attaque syrienne

 

Meïr Dagan, ancien patron du Mossad, les services de renseignements, qui est hostile à une attaque militaire israélienne contre les installations nucléaires iraniennes, estime lui aussi que « la chute de Bachar el-Assad constituerait le meilleur moyen d'affaiblir l'Iran ». Il n'est toutefois pas question pour Israël d'intervenir directement. « Nous sommes considérés comme des satans par les deux côtés. Le régime syrien nous accuse de soutenir les insurgés et les insurgés proclament que nous soutenons Bachar el-Assad », affirme Yigal Palmor. Israël se contente de proposer une aide humanitaire et médicale, notamment pour les réfugiés syriens en Jordanie - offre rejetée jusqu'ici. Israël espère ainsi éviter de donner le moindre prétexte à une attaque syrienne. La menace est prise très au sérieux. «Si la Syrie en avait la possibilité, elle nous traiterait de la même façon qu'elle traite son peuple. Or ce pays dispose du plus grand arsenal d'armes chimiques au monde, ainsi que des missiles capables d'atteindre l'ensemble du territoire israélien», a prévenu lundi le général Yaïr Naveh, le chef d'état-major adjoint. L'autre hantise des responsables israéliens serait de voir cet armement tomber dans les mains du Hezbollah libanais, allié de Damas.

 

 

21 juin, 12:25 · Papa Moi

 

C’est l’hopital qui se fout de la charité, le massacreur sioniste qui vient aider les pauvres syriens massacrés, c’est drole, c’est peut-être quelque chose que Dieudo pourrait exploiter dans un de ses sketchs

 

 

21 juin, 12:26 · Paul-Éric Blanrue

 

C'est évidemment toujours la même rengaine humanitaro-pouêt-pouêt. Mais que l'on ne me dise pas qu'Israël soutient Assad alors que l'État juif appelle à son éviction et explique pourquoi.

 

 

21 juin, 12:29 · Pierre Piccinin

 

Obama avait condamné le coup d'Etat au Honduras et la répression des manifestations au Bahreïn...

 

 

21 juin,  à 12:43 · Paul-Éric Blanrue

 

Restons dans le cadre de cette discussion précise. Puisque vous me dites que les intérêts sionistes et ceux des rebelles syriens sont opposés, comment expliquez-vous les relations privilégiées qu'entretiennent les rebelles et l'AIPAC, s'il vous plaît ? Est-ce l'effet de mon cerveau complotiste ? => http://thepassionateattachment.com/2012/06/21/winep-provides-forum-for-syrian-national-council-and-cover-for-israel  : It’s very revealing that the newly elected head of the Syrian National Council (SNC), Abdulbaset Sieda, gave his first extended Western media interview since assuming the post on June 10 to Fikra Forum, a project of the AIPAC-created Washington Institute for Near East Policy. As I revealed in “Fikra: An Israeli Forum for Arab Democrats,” WINEP has long been working closely with the SNC in pushing for foreign intervention to topple Assad.

 

In February, WINEP senior fellow and Fikra director David Pollock wrote in an e-mail to the forum’s subscribers:

 

As the international community struggles to halt the Syrian regime’s brutal assault on its people, Fikra Forum would like to share our newest piece by Radwan Ziadeh, an official with the Syrian National Council and executive director of the Syrian Center for Political and Strategic Studies. Ziadeh calls for intervention, urging the international community to form a coalition that legitimizes the SNC as the unified representative of the Syrian opposition and acknowledges the council’s plan for the future of Syria.

 

Meanwhile, Israel’s friends in the media provide cover for Israel’s support — via its American lobby — for the Syrian opposition. Foreign Policy’s Josh Rogin recently reported on Israeli vice prime minister Shaul Mofaz’s speech at “the Washington Institute for Near East Peace” [sic]:

 

“My expectations are that the Western countries should give humanitarian support to the Syrian people,” he said. “We cannot be part of it, and it is clear why.”

 

 

21 juin,  à 12:49 · Papa Moi

 

Voila comment on amène la démocratie, en distribuant des armes ....... http://www.nytimes.com/2012/06/21/world/middleeast/cia-said-to-aid-in-steering-arms-to-syrian-rebels.html?_r=1&smid=tw-share

 

A small number of American officers are operating secretly in southern Turkey, helping decide which Syrian rebel fighters across the border will receive arms.

 

 

21 juin,  à 13:22 · Papa Moi

 

M. Piccinin, il manque plus que les francs macs et les ovnis pour les extra terrestres.

 

 

21 juin,  à 13:24 · Papa Moi

 

M. Piccinin, Obama condamne la répression au Bahrein mais continue à livrer des armes aux despotes ? Vous avez dit démocratie ? Moi je dis l’axe américano-sioniste. http://www.reuters.com/article/2012/05/12/us-usa-bahrain-idUSBRE84A11R20120512

 

 

21 juin,  à 13:32 · Rachid Guedjal

 

La guerre civile pour les syriens n'est qu'un processus dans la défragmentation du proche orient. L'adage "Diviser pour mieux régner" n'a jamais été autant d'actualité. C'est en divisant entre eux les anciens états établis qu’Israël dominera la région et assurera la paix à ses frontières. Logique la plus basique. Croire ne serait ce qu'une minute aux bienfaits de la démocratie importable via l'armement est une ânerie.

 

 

21 juin,  à 15:03 via mobile · Paul-Éric Blanrue

 

Pas de réponse sur l'AIPAC, Pierre ? À propos, vous dites bien que "l'Occident" se moque de la Syrie ? Comment expliquez-vous cela ? C'est encore un exemple de non ingérence ? => http://www.nytimes.com/2012/06/21/world/middleeast/cia-said-to-aid-in-steering-arms-to-syrian-rebels.html?_r=1&emc=eta1 : "C.I.A. Said to Aid in Steering Arms to Syrian Opposition - A small number of C.I.A. officers are operating secretly in southern Turkey, helping allies decide which Syrian opposition fighters across the border will receive arms to fight the Syrian government, according to American officials and Arab intelligence officers. The weapons, including automatic rifles, rocket-propelled grenades, ammunition and some antitank weapons, are being funneled mostly across the Turkish border by way of a shadowy network of intermediaries including Syria’s Muslim Brotherhood and paid for by Turkey, Saudi Arabia and Qatar, the officials said.... etc. etc."

 

Tout est à lire. C'est dans le NY Times : un quotidien complotiste ?

 

 

21 juin, 18:03 · Pierre Piccinin

 

Désolé : j'avais une présentation de livre, une conférence au Parlement européen et un pot avec des amis... Mais que pouvais-je de toute façon répondre à vos arguments : vous me citez des sources qui tournent en rond. Non, mais, allez, sérieux : le pire, pour Israël, ce serait une guerre civile ou un Etat islamiste à sa porte. D'où le soutien tacite (c'est le cas de le dire) à Bashar. ps : Papa Moi, qd je parlais du Honduras et du Barhein, c'était des contre-exemples pour montrer que les déclarations ne coûtent rien; enfin, comprendra qui voudra (heu, qui pourra).



22 juin, à 03:10 · Paul-Éric Blanrue ‎

 

Pierre, les faits parlent contre votre théorie, puisque Israël soutient dans la réalité les rebelles. On peut penser que cet État connaît mieux son intérêt que vous.

 

Je vous adresse la dernière info : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/06/21/97001-20120621FILWWW00671-syrie-une-intervention-massive-israel.php  Le vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Danny Ayalon, a estimé aujourd'hui à Paris que la communauté internationale devait préparer "une intervention massive" en Syrie, pour éviter "une extension du conflit au Liban et en Irak". "Plus on attend, plus il y aura de chaos et de victimes. Il n'y a pas grand chose qu'Israël puisse faire, c'est au peuple syrien, à l'Occident et à la Russie de trouver une solution pour arrêter les massacres", a dit à quelques journalistes Danny Ayalon, lors d'une visite en France.

 

"La solution la plus efficace serait une intervention massive de la communauté internationale, sur le modèle de ce qui s'est passé en Bosnie", a-t-il poursuivi, évoquant le déploiement d'une force armée d'interposition. "Il est nécessaire d'y associer tous les pays concernés, y compris et surtout la Russie. Il faudra certainement trouver une solution pour (le président) Bachar el-Assad et sa famille", a souligné Ayalon.

 

"Si rien ne se passe, il y a un grand risque d'une extension du conflit au Liban et en Irak, deux pays qui partagent de nombreuses similitudes avec la Syrie", a mis en garde le ministre, qui devait s'entretenir dans la journée avec le chef de la diplomatie française Laurent Fabius. Le président israélien Shimon Peres avait déclaré le 10 juin qu'il souhaitait la victoire des rebelles en Syrie. Israël est formellement en état de guerre avec la Syrie, son voisin au nord, mais la frontière entre les deux pays n'a connu aucun incident notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe en octobre 1973.

 

La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte sans précédent contre le régime de Bachar el-Assad. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la répression et les combats entre armée et rebelles ont déjà fait plus de 15.000 morts, en majorité des civils.

 

 

22 juin, à 14:03 · Guillaume Fabien

 

Que c'est rassurant de voir Israël s'opposer à des massacres. Assiste-t-on à la naissance du siono-humanitarisme ?

 

Quant aux pratiques médiatiques constantes, elles ne tournent pas en rond du tout mais foncent toujours dans le même sens, celui de la guerre perpétuelle pour la paix. Hostilité à l'islamisme chez les Usraéliens ? Pah ! Ce sont eux-mêmes qui l'ont promu à l'époque du panarabisme nassérien, plutôt rationnel donc autrement dangereux. A retenir : l'Iran est loin d'être une référence monolithe pour le monde arabe, n'en faisant pas partie.

 

 

23 juin, à 00:24 · Pierre Piccinin

 

Un vice-ministre fait une déclaration de côté (et sans oublier de se réfugier derrière le veto russe, qui plus est) et, pour vous, c'est une déclaration de guerre. Evidemment, à ce jeu-là, vous pouvez faire la preuve de tout... et de son contraire.

 

 

23 juin, à 00:38 · Paul-Éric Blanrue

 

Comme l'AIPAC, ou la CIA, ou l'Arabie Saoudite ou le Qatar ou la Turquie ou le Groupe Bilderberg ou la France (de plus en plus directement), qui soutient les rebelles, le vice-ministre israélien des Affaires Étrangères appelle à l'intervention massive en Syrie, non pas "de son côté" mais à la suite des propos du président israélien Shimon Peres, qui a annoncé qu'il souhaitait la victoire des rebelles. Étrange d'appeler à une intervention contre un État que vous présentez contre son allié... Un allié, qui est aussi l'allié de Téhéran, soit le pire ennemi d'Israël. Selon votre logique, Israël aurait donc non seulement le même allié que son pire ennemi, mais appellerait néanmoins à l'intervention contre cet allié. Il faut avoir cinq ans pour ne pas en voir les contradictions.

 

Quant au véto russe, vous le passez par-dessus la jambe, comme si Israël et les États-Unis pouvaient intervenir en en faisant fi. Ce véto nous place dans une situation qui nous rappelle la situation de Suez. On risque une conflagration dans toute la région, puis dans le monde. Il est assez normal qu'un État qui veut survivre plus d'une semaine en tienne compte.

 

 

23 juin, à 00:38 · Guillaume Fabien

 

Vice-ministre du gouvernement = chef d'un bureau de poste, c'est ça ?

 

 

23 juin, à 01:09 · Pierre Piccinin

 

Comme je disais, Obama a condamné les violences au Bahrein. Dois-je en conclure, en suivant votre raisonnement, que le Bahrein n'est pas l'allié des Etats-Unis ?

 

 

23 juin, à 01:11 · Guillaume Fabien

 

La galerie existe, et des commentaires lui sont souvent adressés, très souvent même.

 

 

23 juin, à 01:25 · Chem Souria

 

La différence avec le Bahrein, c'est que ses alliés n'essayent pas de l'affaiblir, au contraire... Affaiblir un allié, revient à s’affaiblir sois meme, donc si Israel était un allié de la Syrie, pourquoi voudrait elle l'affaiblir au lieu de la rendre plus forte ? Ce que dire Pierre Piccinin est totalement ridicule et montre encore une fois ses limites en matière de géostratégie...

 

 

23 juin, à 12:33 · Paul-Éric Blanrue

 

‎Pierre, j'espère que vous comprenez la différence qu'il existe entre une condamnation morale et un appel à l'intervention militaire ? C'est la différence qu'il existe entre quelqu'un qui condamne votre position sur la Syrie et un autre qui appellerait un tueur à gages pour vous faire taire. Comment se fait-il qu'un membre de l'American Institute for Yemeni Studies (http://www.aiys.org) ne comprenne pas cela ? À propos, faites-vous toujours partie de cette organisation ?

 

 

23 juin, à 12:57 · Chem Souria

 

Je pense personnellement que Pierre sait tout ca, et qu'il est moins naïf qu'il le laisse paraitre. Il se ment à lui meme, car pour une personne narcissique comme lui, la gloire et la reconnaissance sont plus importants que la vérité.

 

 

24 juin, 13:03 · Pierre Piccinin

 

No comment (comme j'ai pris l'habitude d'écrire, lorsqu'on sort de l'argumentaire rationnel et factuel).

 

 

24 juin, 09:06 · Paul-Éric Blanrue ‎

 

Pierre, je vous pose une question simple, factuelle et rationnelle, puisque vous faites de la publicité pour cet institut sur votre site et qu'il vous est arrivé de mentionner dans votre CV que vous étiez membre de ce même institut.

Cela n'a donc rien d'indiscret. 19h après ma question, je vous redemande donc si vous faites (ou avez fait) partie de l'American Institute for Yemeni Studies (http://www.aiys.org) ?

 

 

24 juin, 12:27 · Pierre Piccinin

 

Je ne vois pas l'intérêt de votre question.

 

 

24 juin, 16:31 · Paul-Éric Blanrue

 

Vous avez signalé que vous étiez membre de cet institut sur votre CV et vous en faites de la publicité sur votre site : c'est donc que vous prêtez un certain intérêt, pour ne pas dire un intérêt certain, à cet institut. Pourquoi vous braquer en refusant de répondre (par oui ou non) à une simple question qui porte sur des données se trouvant sur votre propre site ?

 

 

24 juin, 22:03 · Pierre Piccinin

 

Je vous demande simplement pourquoi vous intéressez-vous tellement à l'AIYS.

 

 

24 juin, 22:10 · Paul-Éric Blanrue

 

Vous me répondez par une question....Je vais malgré tout vous répondre : je vous pose cette question parce que vous en êtes (peut-être) membre et que l'on parle de vous depuis le début de ce post. J'aimerais donc savoir si oui ou non vous êtes lié à cet organisme, afin que vous nous en disiez un peu plus sur vous. Ce n'est pas secret puisque c'est public et cité sur votre propre site. Qu'est-ce qui vous dérange tant dans ma question ? Elle n'est pas biaisée, mais franche, claire et limpide. Je m'étonne que vous sembliez avoir tant de mal à y répondre tranquillement.

 

 

24 juin, 22:14 · Pierre Piccinin

 

J'en suis membre, en effet. Et?

 

 

24 juin, 22:16 · Paul-Éric Blanrue

 

Merci de votre réponse, pour commencer.

 

 

24 juin, 22:18 · Paul-Éric Blanrue

 

Ensuite, on note que cet institut américain est financé par : http://www.aiys.org/about-us.html

 

AIYS derives its funding from the dues of institutional and individual members, from individual and corporate donations in cash and in kind, and from grants made by private foundations and public agencies. The U.S. Department of State's Bureau of Educational and Cultural Affairs supports AIYS programs through its umbrella grant for American Overseas Research Centers.

 

 

24 juin, 22:20 · Paul-Éric Blanrue

 

Je me permets de répéter : "The U.S. Department of State's Bureau of Educational and Cultural Affairs supports AIYS programs through its umbrella grant for American Overseas Research Centers."

 

Dois-je traduire ?

 

 

24 juin, 22:24 · Pierre Piccinin

 

Désolé, je ne vous suis pas. Un nouveau complot en perspective?

 

 

24 juin, 22:32 · Paul-Éric Blanrue

 

Vous croyez que je prépare un complot contre vous ? ;-) Il n'en est rien, ne versez pas dans le complotisme que vous raillez fort bien par ailleurs.

Je remarque juste que vous faites partie d'un organisme financé par le Département d'État américain. Cela ne vous pose pas de problème de déontologie de travailler pour une organisation financée par le Département d'État américain (http://exchanges.state.gov), alors que vous préconisez systématiquement l'objectivité du chercheur impartial ?

 

 

24 juin, 22:36 · Pierre Piccinin

 

Je ne perçois aucun salaire de l'AIYS. Son directeur, que j'ai rencontré en février à Sana'a à l'occasion des élections, est un jeune chercheur très compétent. Tous les gouvernements subventionnent des projets culturels. Et heureusement, d'ailleurs.

 

 

24 juin, 22:45 · Paul-Éric Blanrue

 

Votre bénévolat vous honore et je n'ai aucun doute sur la compétence de cet organisme. Mais il s'agit tout de même d'un institut dépendant financièrement du Département d'État américain, et pas du ministère de la Culture du Guatemala.

Pensez-vous qu'en l'occurrence certains puissent légitimement faire le lien entre votre appartenance à cet institut et vos déclarations récentes en faveur d'une intervention militaire en Syrie, sachant que les rebelles dont vous soutenez la cause travaillent pour partie avec la CIA ? (j'ai placé plus haut le lien du NY Times sur ce sujet).

 

 

24 juin, 22:54 · Sophie de Bro

 

Quel est le rapport entre les activités culturelles yéménites et la répression en Syrie?

 

 

24 juin, 22:55 · Paul-Éric Blanrue

 

Le rapport c'est d'être membre d'un organisme financé par le Département d'État américain.

 

 

24 juin, 22:59 · Sophie de Bro

 

Et alors ? Ca reste des activités culturelles comme ils en existent et comme on en subventionne partout dans le monde, donc aucun lien

 

 

24 juin, 23:04 · Paul-Éric Blanrue


‎Pierre fait partie d'un institut financé par le Département d'État américain et vous trouvez que cela n'a absolument rien à voir avec son actuelle position sur la Syrie ? S'il appartenait à un organisme financé par le gouvernement syrien et qu'il s'opposait avec force aux rebelles anti-Assad, vous ne diriez sans doute pas la même chose ;-) Un minimum d'honnêteté intellectuelle s'impose.

 

 

24 juin, 23:09 · Pierre Piccinin

 

Waw!!! C'est encore plus grave que je pensais. No comment...

 

 

24 juin, 23:11 · Pierre Piccinin

 

Juste un truc : il paraît qu'on vous a vu manger des falafels. Ne travailleriez-vous pas pour le Mossad?

 

 

24 juin, 23:11 · Paul-Éric Blanrue

 

Oui, en effet, ce pourrait être assez grave. En tout cas, on commence à comprendre pourquoi vous étiez si gêné de répondre à une si banale question.

Dommage que vous ne vouliez pas discuter.

 

 

24 juin, 23:15 · Paul-Éric Blanrue

 

Vous baissez de niveau, Pierre. Je vous accuse pas d'avoir mangé un hamburger aux cornichons, je vous demande juste si le fait d'appartenir à un organisme financé par le Département d'État US ne constitue pas, en soi, un sérieux biais dans la prise en compte de vos déclarations récentes en faveur de la guerre en Syrie.

 

 

24 juin, 23:33 · Pierre Piccinin

 

Oufti !!! (comme on dit à Liège)

 

 

24 juin, 23:34 · Pierre Piccinin

 

Désolé, mais je ne discute pas face à un tel délire.

 

 

24 juin, 23:36 · Pierre Piccinin

 

Un conseil, toutefois, avant de vous laisser à vos supputations à deux balles : essayez quand même de faire la différence entre un travail de critique et une attitude complotiste; les deux démarches n'ont absolument rien de commun.

 

 

25 juin, 00:41 · Paul-Éric Blanrue

 

Vous vous énervez facilement pour rien. Je ne fais aucune supputation "à deux balles", comme vous le dites assez vulgairement, puisque 1° je prends des faits reconnus par vous-même et 2° je me contente de vous interroger posément à leur propos.

Vous concernant, j'ai largement fait preuve d'un travail critique impartial : j'ai par exemple relevé le mensonge manifeste de Caroline Fourest qui vous avait désigné comme étant le signataire d'une pétition contre la loi Gayssot que j'avais lancée et que vous n'aviez pas signée ; j'ai été le premier à prouver qu'elle mentait pour alourdir votre dossier et j'ai publié cette preuve et vous l'ai transmise. Vous n'en étiez pas mécontent et ne vous permettiez pas, alors, de me donner des "conseils" dont je n'ai d'ailleurs nullement besoin.

 

Or cette fois, les choses se gâtent : de banales questions de routine vous mettent hors de vous ! C'est navrant. Et dommage pour votre crédibilité.

Quand il n'y a pas de problème, on répond calmement sans traiter ceux qui vous interrogent poliment de "délirants".

 

De plus en plus de gens vous soupçonnent çà et là d'être en réalité un agent du Service Général du Renseignement et de la Sécurité belge. Le savez-vous ? Je n'ai pas d'opinion sur ce point. Mais il aurait été instructif de connaître votre position sur ce sujet. Mais visiblement, ceux qui vous posent des questions embarrassantes sont tous des "complotistes" ou des "fous", même lorsqu'il existe, comme je viens de le démontrer, un lien étroit entre un organisme auquel vous appartenez et le Département d'État américain, ce qui reste très gênant quand on prétend être un chercheur objectif.

 

Si vous défendiez Assad et étiez membre d'un organisme culturel payé par le ministère des Affaires étrangères syriennes, tous vos nouveaux amis d'aujourd'hui auraient été les premiers à hurler que vous étiez, au minimum, "un homme sous influence". Vos réponses d'aujourd'hui n'ont pas dissipé les doutes, même si l'influence soupçonnée provient désormais de l'autre camp : celui de la guerre.

 

 

25 juin, 00:52 · Pierre Piccinin

 

Voilà donc toute l'histoire ! Agent secret, rien moins (lol?). Je ne suis ni énervé ni "hors de moi". Qu'allez-vous imaginer ? Je vous avais vu venir, d'où mon amusement à ne pas répondre à votre question dont l'objet était gros comme une maison. Vous suggérez et distillez. Mettre en relation l'évolution de mon analyse de la crise syrienne et mon appartenance à l'AIYS est proprement malhonnête et typique des raccourcis complotistes et des théories fumeuses à la Meyssan. Je vous estimais au-dessus de cela. Attendez au moins que mon rapport sorte sur Grotius.fr. Mais, si vous voulez parler de tout cela en franchise et honnêtement, je serai à Paris vendredi 29. Si le coeur vous en dit, voyons-nous en soirée.

 

 

25 juin, 00:57 · Paul-Éric Blanrue

 

Votre "amusement" à ne pas répondre à ma question ressemblait fort, en réalité, à de l'agacement. Mais peu importe. Si je suis libre le 29, je vous rencontrerai avec plaisir. Tenez-moi au courant.


___________________________________________


Voilà donc comment s’est conclu l’échange entre Paul-Éric Blanrue et Pierre Piccinin.  Ce dernier étant pas peu fier – si l’on en croit les publications sur sa page Facebook de ses divers passages télé – d’avoir été invité par des médias importants (France 2 et Canal Plus entre autres), a donc trouvé un os en Paul-Éric Blanrue. Chacun se fera son opinion sur certaines difficultés à répondre à certaines questions (celles qu'un collègue à Pujadas n’aurait jamais posées), ainsi que par rapport à sa crédibilité de chercheur « présumé impartial ».

Pour conclure, et après d’autres recherches : L'association américano -yéménite fait partie d'un réseau d'associations toutes financées par le département d'Etat US mais aussi par d'autres.

 

Il s'agit de : Council of American Overseas Research Centers (CAORC) "launched full-time operations in 1986 with grants from the" Andrew W. Mellon Foundation, Rockefeller Foundation, Exxon Foundation and the J.P. Getty

Source : http://www.sourcewatch.org/index.php?title=Council_of_American_Overseas_Research_Centers   


Partager cet article

Repost 0
Published by Génération M - dans Réflexions sur l'actu
commenter cet article

commentaires

OmniTech Support scam 30/12/2014 09:46

I have read about this issue in Syrian newspaper Al –Watan. The Government is planning to take strict action against rebels and they need to cut the weapon supply to stop this war and conflict in Syria.

Tietie007 18/07/2012 07:17

Et si Piccinin travaillait pour les chinois du FBI ? Une piste à creuser ...

Glaisen Marc 02/07/2012 02:17

Il est vraiment extra ce Paul-Eric Blanrue.... :(

"« En France, l'homme est en train de prendre progressivement les traits d'un négationniste convaincu, d'un idéologue de la nouvelle vague. On le voit, de plus en plus, en compagnie de Robert
Faurisson. On le dit d'ailleurs très proche du négationisme. Il ne dément pas. »[31]"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul-%C3%89ric_Blanrue

Bienvenue Sur Génération M !

  • : Génération M
  • Génération M
  • : Parce que l'ultra-libéralisme mondialiste droit-de-l'hommiste à la sauce atlanto-sioniste, n'empêche pas (encore) de réfléchir et de se poser les bonnes questions. BONNE VISITE !
  • Contact

Message d'accueil

logo_generationM.jpg
Bonjour et bienvenue sur ce blog !

Cet espace se veut être un lieu d'échanges et d'informations - disons - alternatives.
Vous êtes donc cordialement invités à laisser des commentaires ; je ne suis pas un "sectaire" qui prétend détenir "toute la vérité", c'est pourquoi je suis ouvert au dialogue. (lire plus...)

Merci d'avance de parler de ce blog.
Vous êtes la meilleure publicité !

bouton_intro-objectif.jpg
bouton actu
bouton pres-art

Recherche

Archives

www.generationM.be

Des idées pour améliorer ce blog ?
Vous avez noté une faute d'orthographe ?
Un lien qui ne fonctionne pas ?
Vous avez des questions ?
Merci de nous contacter
ici