Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 03:59

Génération M fut particulièrement attentif au développement philosophique et psychanalytique de l’Islam par Madame Caroline Fourest (1), une militante féministe et laïque dont l’opinion semble indispensable au monde tant ses analyses sont d’une finesse inégalée. Si on considère le génie humain comme étant de voir et comprendre les problématiques avant que le commun des mortels ne puisse avoir même le temps de comprendre la question, nul doute que Caroline Fourest fait partie de cette élite dont sa présence en son sein est une bénédiction pour toute l’humanité.

 

caroline_fourest_psychanaliste2.png

« Et pour preuve, la seule religion pacifique qui sied est celle qui s'est dépouillée de son aspect "fondamental" pour ne devenir que culturel à l'image de ces juifs parfaitement laïques et qui [n']ont gardé que la part culturelle de leur religion ; c'est donc bien la preuve que même si un texte est très violent (sic!), on peut en faire quelque chose de très compatible avec la vie en société - à condition d'imposer les exégètes... comme ont fait les rabbins avec le Talmud, c'est-à-dire le commentaire... »

- Caroline Fourest -

 

Son sens de l’humour et de la dérision qui l’animent embellit un personnage haut en couleur.

Au-delà des éloges d’introduction bien légitimes, entrons dans la thèse qu’elle développe : L’Islam serait-il fondamentalement intégriste ?

Autant la question peut choquer certains croyants – sans doute ont-ils atteint un tel niveau d’aliénation qui ne leur permet pas d’avoir le flegme et le pragmatisme dont peut s’enorgueillir Madame Fourest – autant le développement de la chroniqueuse au prestigieux journal le Monde développe une analyse pertinente. A savoir : à quel niveau la crainte du châtiment divin peut effriter la psyché humaine ?

 

Caroline Fourest parle d’un « Dieu Vengeur qui traumatise ses fidèles » et qui laisserait des traces dans l’inconscient collectif… Certes elle reconnait que ce « Dieu Vengeur très violent » était présent dans l’ancien testament mais que les juifs ont réussi à en faire quelque chose de « parfaitement compatible avec la vie en société » (nous nous permettons de noter que « compatible avec la vie en société » résulte d’un certain « modèle du monde » que l’on peut avoir, sur base de notions archaïques telles que peuvent être « le bien et le mal », soit des notions parfaitement subjectives validées par des critères tout à fait personnels) (2), grâce notamment aux rabbins et aux commentaires (Talmud). Elle rejoint alors un autre maître à penser contemporain, j’ai nommé l’inatteignable  Bernard-Henri Levy, qui invite également – à sa manière – les Musulmans de s’émanciper de leur intégrisme inné en s’inspirant du Talmud. (3)

Nous ne rentrerons pas trop dans les détails à propos de ce que le monde doit au judaïsme (et d’une certaine façon de l’ingratitude à l’égard du peuple juif, comme le dit si bien Jacques Attali) (4), par contre c’est intéressant du point de vue d’une militante féministe, laïque, et lesbienne de surcroît d’évoquer ce que peut ressentir un Musulman malgré lui.

N’importe quel Musulman aurait pu être une personne respectable, malheureusement le poids de l’inconscient collectif emprisonne à jamais l’individu dans l’intégrisme. Quand on est convaincu qu’à chaque instant Dieu nous regarde, on peut être animé d’une certaine crainte, entre ce qui est permis, illicite, recommandé, etc. Imaginez par exemple que les Musulmans prient cinq fois par jour, et qu’ils sont convaincus que s’ils ne le faisaient pas, ils risquent de courroucer leur Dieu. Cela peut développer des pathologies évidentes (du point de vue d’un individu « libre » non soumis à ces rites dont il ne perçoit pas le sens... et dont il peut se préserver de vouloir en saisir le sens). Certes, il serait honnête de noter que les Musulmans évoquent un style de vie, rempli de spiritualité, de méditation, et que la prière les aide à se rapprocher de leur Seigneur ceci afin d’atteindre des états de quiétude, en particulier quand on sait que la vie mondaine peut être particulièrement stressante et éprouvante. D’ailleurs le Coran reconnait qu’il faut un certain détachement pour tolérer ces prières rituelles : « Certes, la prière est une lourde obligation, sauf pour les humbles. » (Sourate 2 v45)

Mais revenons-en à Caroline Fourest et les laïques engagés qu’elle représente (avec une note particulière pour les laïcs juifs, ceux qui ont pu s’émanciper de « Textes violents » comme elle le dit elle-même), les Musulmans voient en leur religion une façon de se rapprocher de leur Seigneur, pour vivre au mieux – avec des valeurs transcendantes – dans ce bas-monde en espérant recevoir leur salut et la Vie Éternelle. Si l’on comprend bien Caroline Fourest,elle y verrait de l’intégrisme filtré à travers l’ADN de l’inconscient collectif. Ainsi un Musulman qu’on pourrait qualifier de « Musulman éclairé », tel que Tariq Ramadan par exemple, serait au final beaucoup plus dangereux qu’un intégriste primaire dans le sens où « l’éclairé » aura refoulé (ou mis en boîte) son intégrisme, ce qui serait pire encore ! Car à cause d’eux certains pourraient penser que l’Islam serait compatible avec une société moderne. Même si certains (si on est honnête, l’immense majorité des Musulmans) arrivent à faire croire que l’Islam ne pose pas de problèmes au quotidien, Caroline Fourest nous incite à la méfiance car l’inconscient collectif est par définition inconscient, et on connait l’adage : méfiez-vous de l’eau qui dort…

D’aucuns pourraient penser que Caroline Fourest est sur une ligne d’extrême-droite, anti-Islam, mais ce n’est que pour mieux caricaturer un génie des temps modernes, elle qui est – et elle a bien raison – convaincue d’avoir raison. Ce sont des sagesses d’un temps moyenâgeux qui incitent à douter de tout ce que l’on sait et de tout ce que l’on dit. Socrate disait par exemple : « Tout ce qu'on m'a enseigné, toutes les sciences humaines que j'ai étudiées et approfondies, toutes les recherches enfin que j'ai faites sur le principe et l'essence des choses, ne m'ont servi qu'à savoir que je ne sais rien ».

 

Aujourd’hui nous avons des outils modernes qui permettent de mesurer la justesse des opinions, et Madame Fourest fait partie de ceux qui maîtrisent ces outils. N’en déplaise aux mal-pensants convaincus qu’elle développe une idéologie parfaitement compatible avec l’idéologie dominante, en particulier la pensée néoconservatrice américaine que les élites européennes ont embrassée. (5) Une pensée qui fort logiquement, de par le bien inné par lequel elle est animée est en guerre avec une partie de ce monde (6), la partie où l’intégrisme inné est présent. C’est la guerre juste, la guerre sans l’aimer, c’est la guerre contre les lois de la jungle et pour la démocratie et les droits de l’homme. Des principes que seuls les intégristes sanguinaires s’obstinent à combattre.

 

Caroline Fourest incarne bien évidemment la voix (et la voie) de la raison, de la justice, et surtout de la justesse.

 

 

Le lesbianisme, fondamentalement névrotique ?

 

Certes Caroline Fourest est en guerre avec les Musulmans intégristes (pléonasme ?) qui pensent que la critique de l’Islam c’est de l’islamophobie, soit le faux argument pour éluder toute discussion à propos de l’Islam ! Discutons donc posément du lesbianisme, critiquons-le même, et laissons les intégristes prendre ça pour de l’homophobie. Nul doute que Caroline Fourest qui invite les Musulmans à faire leur introspection personnelle acceptera de se livrer au même exercice à propos d’elle-même.

 

Le terme lesbianisme serait apparu au XXe siècle, pour différencier l’homosexualité féminine de l’homosexualité masculine (déjà une victoire pour le féminisme !). Le lesbianisme est donc l’attirance sexuelle d’une femme pour une autre femme.

Pourquoi, et surtout comment, l’attirance sexuelle d’une femme pour une femme développerait des névroses ? L’argument décisif se retrouve dans l’inconscient collectif (eh oui !), car en effet si l’on en croit les lois universelles, nous sommes tous là sur cette Terre grâce à l’union d’un homme avec une femme, et ce depuis des millénaires. Une lesbienne, aussi épanouie soit-elle (en apparence, car c’est comme les Musulmans qui disent être libres alors qu’ils sont au fond terrorisé par un « Dieu Vengeur ») ne fait que refouler la partie d’humanité qu’il y a en elle, car il est évident que refuser de la semence mâle ne peut que stopper le processus d’évolution à travers la procréation. Chaque être humain sur cette Terre a le potentiel de laisser une partie de lui-même après sa mort. Une lesbienne sait que son œuvre sur cette Terre se terminera par un énième « broutage de gazon » (terme non scientifique évoquant le rapport sexuel femme-femme). Cette acide réalité se retrouve dans l’inconscient collectif auquel est soumise chaque lesbienne et qui fait que – comme le Musulman, de par son intégrisme inné, ne peut accéder à des hauts niveaux de réalisation personnelle – chaque lesbienne vivra avec le complexe, non pas d’un Dieu Vengeur, mais avec celui qui contient une petite voix qui dit « Il ne restera rien de toi, ni de tes cendres, et pourtant le monde dévoilera ses merveilles encore après toi, et sans qu’il ne reste rien de toi ».

Nous comprenons qu’une telle analyse peut paraître brutale pour la personne qui pourrait être concernée par ce que nous décrivons, mais nous rassurons tout le monde : cette analyse n’a rien de scientifique !

 

Il s’agit simplement de la transposition d’une certaine méthodologie, à savoir celle de Caroline Fourest. Transposition qui a pour but de vérifier sa pertinence.

Autrement dit, les pauvres malheureux qui n’ont rien compris au bon sens de Caroline Fourest peuvent jeter à la poubelle toute l’analyse qui vient d’être faite au sujet de la prétendue névrose lesbienne.

Les autres peuvent valider les deux analyses (l’Islam fondamentalement intégriste et le lesbianisme fondamentalement névrotique) et rejoindre la pensée que d’aucuns nomment : la pensée réactionnaire, anti-Islam, anti-gays,... bref la pensée fasciste.



(1) L’Islam est-il fondamentalement intégriste, par Caroline Fourest

 

 


 

Note : que les spécialistes en théologie islamique pardonnent la grossièreté de l’analyse de Caroline Fourest, elle est bien plus spécialiste en psychanalyse nous en convenons certes.

 

 

(2) Gay pride à Tel Aviv, est-ce bien ? est-ce mal ?

 

 


 

 

 (3) Et si le Talmud était le salut des Musulmans ?

 

 


 

 

 

(4) La dette envers le peuple juif selon Attali

 

 

 

(5) Georges Bush père, fer de lance des politiques menées actuellement par les Etats-Unis et leurs alliés

 

 

 

 

(6) Les Etats-Unis et le monde

 

usa_ennemis.jpg

Cette carte est un bon indice pour comprendre à partir de quel point de vue Caroline Fourest se place.

« Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes avec les terroristes. » (Georges Bush, fils)


Partager cet article

Repost 0
Published by Génération M - dans Société
commenter cet article

commentaires

moreau 01/05/2015 15:20

excellent article - tellement ironique que je me suis demandé au début où était le lard et où le cochon... mais de toute façon c'est pas hallal ! Je pense en effet qu'un certain féminisme lesbien (qui se croit "de gauche", mais qu'est la gauche devenue ?) est profondément raciste (anti-hommes), en l'occurrence islamophobe et profondément réactionnaire (quoi de plus réactionnaire que revendiquer le mariage, la famille et les enfants, à l'heure où le bon peuple se marie de moins en moins, divorce de plus en plus, fait de moins en moins d'enfants et les familles éclatent ?). Madame (pardon, mon dame ou ma sieur) a remis çà avec son "éloge du blasphème". Liberté sans responsabilité n'est que ruine de l'âme...

Bienvenue Sur Génération M !

  • : Génération M
  • Génération M
  • : Parce que l'ultra-libéralisme mondialiste droit-de-l'hommiste à la sauce atlanto-sioniste, n'empêche pas (encore) de réfléchir et de se poser les bonnes questions. BONNE VISITE !
  • Contact

Message d'accueil

logo_generationM.jpg
Bonjour et bienvenue sur ce blog !

Cet espace se veut être un lieu d'échanges et d'informations - disons - alternatives.
Vous êtes donc cordialement invités à laisser des commentaires ; je ne suis pas un "sectaire" qui prétend détenir "toute la vérité", c'est pourquoi je suis ouvert au dialogue. (lire plus...)

Merci d'avance de parler de ce blog.
Vous êtes la meilleure publicité !

bouton_intro-objectif.jpg
bouton actu
bouton pres-art

Recherche

Archives

www.generationM.be

Des idées pour améliorer ce blog ?
Vous avez noté une faute d'orthographe ?
Un lien qui ne fonctionne pas ?
Vous avez des questions ?
Merci de nous contacter
ici