Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 00:04

Samedi 24 avril 2010, Caroline Fourest est venue présenter son livre « libres de le dire » coécrit avec Taslima Nasreen. En face, elle avait deux interlocuteurs qui furent également libres de dire ce qu’ils pensaient des idées d’une femme autoproclamée humaniste ; la formule ne serait pas complète sans ajouter les qualificatifs qui animent sont combat : (humaniste) féministe et laïque.

 

caroline fourest onpc

 

Soyons clairs, je n’ai pas de sentiments méprisants vis à vis de Caroline Fourest. Je sais différencier une personne et ses idées ; je sais cependant que les idées font (une partie de) la personne, mais il vaut mieux aller au-delà de ça. Ceci pour éviter de transposer le mépris des idées sur la personne. La conciliation plutôt que la haine, tel est mon crédo !  

 

Le fait d’avancer sans « mépris haineux » de la personne permet de s’attaquer sereinement aux idées (ce qui n’empêche pas de le faire avec une certaine virulence) et de dévoiler ce qui semble contraire au bon sens commun (dans un climat de débats d’idées et d’échanges). 

 

Cela dans le respect de tout le monde, y compris des différences ethnico-raciales, culturelles et cultuelles. Les acquis des uns ne sont pas les acquis des autres (je ne rentre pas dans le débat de l’inné, trop d’idéologies boiteuses derrière cela). Si vous ajoutez à cela la sensibilité intrinsèque des individus, vous obtenez une alchimie d’une société temporelle. Avançons de manière dépassionnée et annihilons les climats de haine (et canalisons les problèmes sociaux) avec pour socle : la Justice et la Liberté.  

 

Malheureusement ce n’est pas toujours le but de certains idéologues intégristes … 

 

C’est grâce à ces agents d’un système spécifique (on va y revenir) qu’on peut comprendre les desseins de l’oligarchie (inter)nationale. J’assume le fait que ce genre d’introduction puisse éventuellement amener à ce qu’on vous colle une étiquette de « complotiste » (démarche stalinienne : coller une étiquette au plus vite, ça évite de débattre sur le fond), mais objectivement Madame Fourest doit bien se rendre compte que ce n’est pas pour sa capacité à produire du raisonnement qu’elle passe à la télévision.

 

Avant, on passait à la télévision parce qu’on écrivait des livres ; aujourd’hui on écrit des livres parce qu’on passe à la télévision.

 

Analyser le discours de Caroline Fourest est loin d’être ce qu’il y a de plus compliqué, elle qui est tellement prévisible, et en même temps tellement peu consistante (je vais donner des exemples, attendez !). D’ailleurs nos deux chroniqueurs les plus redoutés du PAF (j’adore cette formule) s’en sont donnés à cœur joie. Et encore, certains disent qu’ils furent peu inspirés. Heureusement pour elle ! 

 

Je ne vais pas revenir sur sa légendaire mauvaise foi, ni sur sa façon de défendre – en dépit du bon sens – ses postulats de départ (c’est le contraire du journalisme). Sa malhonnêteté intellectuelle, on ne va pas y revenir, ça ressemblerait trop à du lynchage et ce n’est pas vraiment l’angle que j’ai prévu pour développer cet article. 

 

En préambule : Madame Fourest, vous qui avez eu l’indélicatesse de signaler ce blog à propos d’un article que vous n’avez pas apprécié (réflexe stalinien, je ne vous en veux pas – chacun sa sensibilité idéologique)*, sachez que je condamnerai tout commentaire dégradant à votre égard. Vous avez peut-être mal compris ma démarche (je vous accorde le bénéfice du doute), mais je tâche – modestement – de relever le niveau du débat (je vous accorde que l’article qui ne vous a pas plu fut léger, mais jamais insultant !). Je ne m’associe pas aux éventuelles menaces dont vous auriez été victime par mes supposés coreligionnaires (ce sont eux qui devraient rester dans leur tanière). Mais comme promis, je ne manquerai pas de combattre vos idées sur le terrain de la dialectique.

 

* Voir : « Message à Caroline Fourest suite à son appel à la censure » ainsi que l’article censuré (version fourestement correcte) : « Caroline Fourest et sa fascination pour l’Islam »

 

 

Caroline Fourest et la désacralisation des religions 

 

Il y a quelques « perles » prononcées par Dame Caroline dans l’émission de Laurent Ruquier, ce 24 avril 2010. Ca commence par : « Le blasphème rend les religions meilleures » … elle part ensuite dans des théories fumeuses amalgamant tous ce qui est « amalgamable ».

 

C’est, selon elle, grâce au blasphème qu’on a, aujourd’hui, la liberté d’expression, la liberté des femmes, etc. On a là déjà après une minute d’interview, un échantillon de la pensée fourestienne, d’une femme autoproclamée humaniste qui n’envisage en aucun cas de se mettre à la place des autres, se mettre à la place du croyant respectueux de son prochain (on ne parle pas des 0,001% d’extrémistes-intolérants), qui peut éventuellement être choqué s’il entend des paroles désobligeantes par rapport au Christ ou n’importe quel autre personnage biblique ou coranique (ce sont les mêmes). 

 

Par contre il est « blasphématoire » (au sens « moralement méprisable ») de tenir des propos – à connotations – antisémites, ou – à connotations – homophobes (ce que j’approuve. Pourquoi insulter et mépriser des gens gratuitement au non d’une liberté qui deviendrait elle-même méprisable ?). L’intégrisme laïque tolère qu’on insulte le caractère sacré de la Religion, et donc tolère qu’on insulte le croyant – qui a une relation transcendantale avec Dieu – dans sa foi.  

 

L’humanisme c’est aussi concevoir ce genre de principe : aller au-delà de certaines conceptions sclérosées, profondément anti-religions.

 

Caroline Fourest ne peut malheureusement pas cacher sa haine (tout du moins son mépris) pour la religion et le spirituel. Attention, je ne disconviens pas que les religions ont, dans le passé, commis des injustices au nom d’un modèle universel de vertu et d’émancipation des peuples (faites le lien avec l’humanisme-laïque au bout du fusil de l’impérialisme). Je peux même très bien comprendre qu’une femme, féministe, puisse s’enorgueillir des combats qui ont libéré les femmes (les hommes aussi) des jougs du pouvoir en place, et de l’ordre établi. 

 

A un certain moment, la rancœur extrême (je me doute que c’est de là que vient une haine pas toujours dissimulée des intégristes-laïques) peut, à son tour, commettre des injustices et oppresser les gens d’une autre manière. Cela – de surcroît quand on se proclame humaniste –, il faut être capable de le comprendre. Le cas échéant on devrait immédiatement être déchu de ses titres tels que : humaniste, intellectuel, (ou pire) philosophe. 

 

Il faudrait peut-être expliquer à Caroline Fourest que ce ne sont pas les principes qui oppressent (qu’ils soient théologiques, républicains, démocrates, humanistes, laïques), mais bien ce que font les hommes au pouvoir lorsqu’ils trahissent ces principes à la source, pour en faire un « alibi » objectif de bienveillance universaliste. 

 

C’est ainsi « au nom de Dieu », « au nom de la démocratie », « au nom de la laïcité », que l’homme a commis (et commet toujours) les pire dégueulasseries. Les agents de ces systèmes corrompus à la source seront les intermédiaires choisis par l’élite (jamais élus) entre le pouvoir et le peuple, dans le but de répéter le catéchisme des principes de base (de l’idéologie au nom de laquelle ils se revendiquent), en fermant les yeux sur les injustices que leurs maîtres puissent éventuellement commettre.

 

« Puisqu’on est ‘bon par nature’, que – par essence – on détient la vérité ultime, les dommages collatéraux issus de nos principes ne peuvent être que la cause de l’intégrisme (supposé) des autres ; jamais à cause de sa propre folie, jamais à cause de sa propre hérésie. »

- Névrose d’intégriste -

 

Caroline Fourest n’est qu’une missionnaire d’une nouvelle Eglise dont elle promeut le courant le plus fondamentaliste : l’intégrisme Laïque. Par ailleurs, lorsqu’elle tombe la robe et qu’elle s’exprime en tant que femme ou citoyenne (intellectuelle, il faut arrêter de plaisanter), il ne reste que du vide intersidéral. Pour illustrer mon propos, je pense à une ineptie d’une tristesse indescriptible : lorsqu’elle dit que « pute est la plus belle insulte qu’on puisse faire aux femmes ». Elle en tirerait une fierté particulière, car l’expression de cette faiblesse masculine (oui, insulter est une faiblesse) serait dû au fait que la femme puisse être trop affirmée – parce qu’elle tiendrait « des propos qui dérangent ». 

 

Mais c’est quoi cette façon de voir les choses ? Quels que soient les griefs que l’on peut avoir à l’encontre d’une personne du sexe faible (clin d’œil à une féministe), traiter une femme de pute ou de n’importe quelle autre insulte, traduit le niveau de bassesse de l’homme, point à la ligne ! Un homme qui ne peut maitriser ses émotions verbales – au point d’être insultant envers les autres, envers les femmes de surcroît – doit être laissé pour ce qu’il est, c'est-à-dire : un être perfectible qui doit s’assumer avec ses tares. 

 

Je trouve ça affligeant qu’une femme puisse considérer cela comme « des médailles d’honneur », et c’est bien un point où j’agiterais un drapeau rouge à destination de toutes ces « naïves » qui imagineraient à un moment que ces courants féministes postmodernes avaient pour but de défendre les femmes et leur honneur.

 

Caroline Fourest considère comme une médaille le fait de se faire insulter par les plus vils parmi les hommes ; alors que les femmes aimantes, dignes, qui se respectent en tant que femmes n’aspirent qu’à s’attirer les grâces parmi les plus nobles, et les plus respectueux des hommes.

 

J’aime beaucoup le verset 26 de la sourate 24 (la Lumière) : « Les mauvaises [femmes] aux mauvais [hommes], et les mauvais [hommes] aux mauvaises [femmes]. De même, les bonnes [femmes] aux bons [hommes], et les bons [hommes] aux bonnes [femmes]. »  

 

Ce verset résume le principe des relations humaines et des lois liées au « magnétisme » (l’interaction naturelle entre les gens) : on attire à soi les gens qui nous ressemblent.  

 

De même que l’on voit le monde selon l’angle de vision qui est le sien. Une vue étriquée ne permettra jamais de voir les choses en perspectives. Et c’est pour ça que certaines pensées sclérosées vont considérer les insultes comme étant le fruit de sa pertinence. C’est l’aliénation dans toute sa splendeur ! 

 

Et c’est précisément ce genre de femme qui appelle à désacraliser les religions, c'est-à-dire annihiler le caractère sacré de Dieu ou de la religion ; ce qui veut dire au final, tuer la religion dans son essence en vue de créer « un truc » culturel. Soit quelque chose qui sera amené à disparaître avec le temps. C’est tellement peu consistant, tellement prévisible (comme dessein) que ce projet restera au niveau de leurs auteurs. Je fais référence au néo-croisés post-stalinistes et leur projet de religion synthétique appelé « humanisme-laïque ». 

 

« Qu’est-ce que c’est beau d’être humaniste » comme se plaisait à dire Eric Zemmour, se raillant de l’autosatisfaction continue de Caroline Fourest, tout au long de son bouquin. Elle qui, avec ses positions ultra-rigides au nom de la sacro-sainte Laïcité (avec L majuscule), qui fait notamment fi de la sensibilité des femmes qui ne veulent pas être libres à sa manière, est tout sauf une humaniste. Elle est en contradiction totale avec ces principes élémentaires qui consistent à vouloir comprendre les autres, et appeler à l’échange dépassionné, non empreint de certitudes. Le contraire de cela s’appelle l’intégrisme, n’en déplaise à ceux qui se contredisent en même temps qu’ils parlent. 

 

Des oxymorons personnifiés qui dévoilent l’imposture en temps réel, sans décodeur.

 

 

Eric Naulleau : « Le stalinisme, c’est le contraire de l’humanisme » 

 

Eric Naulleau a bien résumé la pensée fourestienne lors de cette émission. Ses positions n’étaient pas spécialement soutenue par le public, ni par Laurent Ruquier … et c’est tant mieux ! Le cas échéant, Caroline Fourest aurait pu plaider pour un lynchage, mais non ! Les opinions de Dame Caroline furent applaudies (avec un public acquis à sa cause – ce qui est loin d’être un problème, après tout Tariq Ramadan avait aussi « son » public lorsqu’il fut invité dans la même émission). Elle a également bénéficié du soutien de l’animateur, Laurent Ruquier.  

 

On peut donc tranquillement s’attarder sur le fond, entre autres sur ce qu’a dit Eric Naulleau. 


 

A propos du débat avec Tariq Ramadan (chez Taddei) :

 

« Vous êtes allée débattre avec Tariq Ramadan chez Frédéric Taddei et vous vous êtes faites éparpillée façon puzzle ! Je ne suis pas spécialement favorable à vos essais, mais j’avais mal pour vous. Il vous a ridiculisée. »

 

Et Caroline Fourest de répondre (à propos du passage de Tariq Ramadan dans ONPC) :

 

« Vous avez été lamentable, l’un comme l’autre. Vous avez invité un prédicateur intégriste (sic) représentant l’une des confréries les plus dangereuses qu’il soit, qui a fait échouer la réforme de l’Islam et qui est responsable d’un certain nombre de dégâts en Europe. » 

 

On peut quand même expliquer le contexte de « la réforme de l’Islam » dans ces années 30 – l’honnêteté intellectuelle et l’impartialité ne peut se permettre de balayer le contexte pour promouvoir ses simplifications de l’histoire : suite au démentiellement de l’Empire Ottoman, l’Egypte est dominée (culturellement) par les britanniques. Mustafa Kemal (alias Atatürk) impose en Turquie, suite à la chute du Khalifa, une laïcité militaire (je ne rentre pas dans les détails des politiques criminelles à l’encontre des musulmans qui n’avaient ne fusse que le tort de porter des « signes distinctifs islamiques », jusqu’aux pendaisons publiques).  

 

Sans spécialement légitimer toute l’œuvre des Frères Musulmans, c’est peut-être d’avoir fait échouer ce genre de « réforme » qui dérange Caroline Fourest ? La réforme par les occupants, c’est l’asservissement ultime par les puissances coloniales, quand bien même elles s’autoproclament « humanistes et démocrates » ; les schémas se répètent aujourd’hui encore, et les agents du système sont là pour légitimer ces crimes « au nom des droits de l’homme, des droits de la femme, etc. ».  

 

Toujours sans spécialement légitimer toute l’œuvre des Frères Musulmans, il faut avoir la décence intellectuelle de reconnaître que les forces de résistance ont toujours été cataloguée comme étant « criminelles » ou « terroristes », ou tout autre titre qui permet aux esprits simples de comprendre qui est « le méchant ». 

 

Quand on se fait le porte-parole – ou l’alliée objectif – de forces occupantes (ou ayant occupés), on peut nuancer la crédibilité et le bienfondé des propos. L’objectivité n’est pas le propre des impérialistes ou de leurs suppôts. Tout est donc permis, y compris pour Madame Fourest de prêter à Tariq Ramadan les pires intentions, au point que lorsqu’il parle, « il veut dire autre chose ». En faire un représentant d’un Islam obscur, « l’Islam des Frères Musulmans » est normal dans une politique de propagande. Heureusement que les individus ont le libre arbitre, et peuvent juger sur ce qu’ils voient et ressentent. Si c’est conforme à leurs aspirations, leurs attentes, et leurs sensibilités respectives, tant mieux (ou tant pis) pour eux. 

 

Malheureusement pour elle, Caroline Fourest ne jouit d’aucune finesse lorsqu’elle s’exprime (sauf aux yeux des adeptes de la pensée binaire qui voient la vie en noir et blanc, ceux qu’on a trop gavé de JT de TF1). Et on comprend immédiatement l’idéologie qu’elle représente ; il n’y a, on va insister, absolument rien d’humaniste au sens « j’aime les autres et je tolère les personnes pensant différemment », dans son discours.  

 

Je la laisse volontiers utiliser son argument stalinien (à défaut d’arguments rhétoriques, sans procès d’intention ni audition sélective, partiale et partielle) : « vous avez invité un prédicateur intégriste » qui – vous l’aurez compris – serait l’opposé d’elle-même, elle qui est la lumière et le bon sens incarné.  

 

L’avantage avec Caroline Fourest est qu’il suffit de la laisser parler pour comprendre tout le personnage. Elle est l’objet de sa propre caricature telle que l’a dénoncé à l’antenne le courageux – et très bon – Eric Naulleau.

 

« Vous entendez ce que vous voulez bien entendre … comme toutes les obsessionnelles. »

- Eric Naulleau -

 

 

Question de Laurent Ruquier : « Peut-on inviter Tariq Ramadan » ?

 

Réponse implicite : oui … à condition d’inviter Caroline Fourest pour traduire aux imbéciles pas à même de comprendre ce que Caroline Fourest, seule, peut comprendre. 

 

Elle n’a pas répondu ça quand même ? Non ? Eh bien voici la réponse « en live » :

 

« Quand quelqu’un défend l’Islam radical, politique, aussi dangereux que celui des frères musulmans, et que vous lui donnez une tribune dans une émission de grande écoute, et que sa spécialité est de mentir sur un plateau (sic), il l’a fait en l’occurrence trois fois ce soir là*, il passe pour un intellectuel brillant, sympathique, ouvert d’esprit, musulman moderniste … et il n’y a personne en face pour le mettre face à ses contradictions, oui c’est de la désinformation ! »

 

« et il n’y a personne en face pour le mettre face à ses contradictions », on en est bien là : il n’y a que Caroline Fourest qui peut comprendre (les autres sont tous des débiles manipulables à souhait). SAUF QUE Dame Caroline a eu, après le passage de Tariq Ramadan chez Ruquier, droit à son débat chez Frédéric Taddei où elle n’a rien pu produire, ni même pu mettre Tariq Ramadan face à ses supposées contradictions – « si tant est qu’elles existent », comme l’a répété Eric Naulleau.

 

* Démenti lors du débat chez Taddei où, au contraire, on a vu les mensonges de Caroline Fourest (qu’elle a acquiescé, en s’excusant même pour l’un de ses flagrants délits de contrevérité).

 

 

Caroline Fourest et les églises :

 

Discussion avec Taslima Nasreen : « Mais que devrions-nous faire de ces églises ? Je suis d’accord avec vous (avec Taslima Nasreen co-auteure du livre), il faudrait les convertir (en musée). »

 

Réponse cinglante d’Eric Naulleau :

 

« Ca c’est ce que faisaient les régimes communistes albanais. Vous êtes dans une sorte de stalinisme de la pensée, une anti-religion. Et vous vous prenez pour qui pour décider à la place de millions de gens qui sont dans l’erreur ? »

 

Elle a ensuite feint de présenter ça sous l’angle du second degré et de la plaisanterie. Nous y reviendrons en fin d’article (dans les annotations d’Eric Naulleau) après l’émission.

 

 

 

On termine par la burka :

 

Je ne vais pas reprendre la citation de Caroline Fourest où elle explique grosso modo que ces femmes se sont fourvoyées, qu’à une autre époque elles auraient été Témoins de Jéhova ou scientologues (« là elles sont salafistes et se bricolent un Islam sectaire »). 

 

Certes elle a le droit de le penser, et même de l’écrire. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent dans une démocratie (clin d’œil aux censeurs étouffeurs d’opinions). Par contre, et c’est le principal grief d’Eric Naulleau à son encontre : il ne faut pas usurper le mot humaniste quand on est si méprisant à l’égard des gens qui ont d’autres croyances, et d’autres façon de vivre leur spiritualité.

 

« (Je ne vous dis pas de trouver la burka formidable), mais je vous demande simplement de ne pas usurper le mot humaniste quand vous êtes plutôt stalinienne. Le stalinisme c’est le contraire de l’humanisme. Vous avez une manière de trancher de tout, de jeter le bébé de la spiritualité avec l’eau de la religion que je trouve insupportable. Vous êtes une sectaire, vous êtes une doctrinaire. »

 

La réponse à cela de Caroline Fourest est une pure merveille de lieu commun (en même temps que peut-elle répondre lorsqu’elle se retrouve face à elle-même ?), c’est « l’argument bêton » des néo-fascistes de gauche qui s’enorgueillissent d’avoir milité dans des associations antiracistes (« touche pas à mon pote », « SOS Racisme », etc.) pour se défendre de toute idéologie raciste/fascisante/discriminante :

 

« Traiter de stalinienne quelqu’un qui est féministe et laïque, et pour la démocratie, et avoir été aussi complaisant comme vous l’avez été avec Tariq Ramadan, qui représente l’Islam des Frères Musulmans, c’est hallucinant et c‘est très représentatif de ce que je vous reproche. »

 

C’est un peu léger chère Caroline. D’autant que dans les faits le débat avec Tariq Ramadan fut très instructif*, alors qu’il n’est rien ressorti de celui avec elle … si ce n’est sa déconfiture. Je reprends toute l’analyse d’Eric Naulleau (décidément fort bien inspiré ce soir là, « seul contre tous », avec Zemmour qui acquiesçait le bon sens de ses propos), car il ne fait – objectivement – que relater des faits, de manière dépassionnée et non partisane.

 

* Tariq Ramadan VS Zemmour et Naulleau

 

 

Le seul argument de Caroline Fourest est toujours le même : elle seule est capable de comprendre les doubles discours. Car quand Tariq Ramadan (sa raison de vivre … ou d’écrire … donc de vivre !) dit quelque chose, il veut forcément dire autre chose. Il passe donc pour un intellectuel brillant, parce que le monde entier n’a pas été touché par la grâce tel que l’a été Caroline Fourest. Ce n’est donc pas la faute des autres de ne pas être au niveau de celle qui va libérer la France des carcans intégristes, fondamentalistes, extrémistes.

 

« Quand on est humaniste, féministe, et laïque, on ne peut avoir tort ni même être méprisant … surtout pas totalitaire ! »

- Rhétorique fourestienne -

 

Eh oui ! Quelle frustration de voir autant de complaisance envers un intégriste islamiste, la démocratie est en danger, et ce ne sont pas ces idiots utiles de l’islamisme (Zemmour est connu pour ça) qui vont arranger les choses. 

 

Je propose une chose : sanctifier Caroline Fourest pour la lumière et la clairvoyance qu’elle apporte au monde !

 

 

Caroline Fourest Vs Zemmour et Naulleau – partie 1

 

 

 

Caroline Fourest Vs Zemmour et Naulleau – partie 2

 

 

 

Bonus : les éclaircissements d’Eric Naulleau

 

Après le débat, quelques sympathisants de Caroline Fourest ont cru bon de prolonger la propagande fourestienne sur le mur (Facebook) d’Eric Naulleau, ce dernier n’a pas manqué de mettre – poliment – les choses au point, pour définitivement clore le débat.

 

Note importante : je n’ai pas demandé la permission à Eric Naulleau pour copier-coller ses éclaircissements, ceci pour la bonne et simple raison que je ne voudrais pas que l’autorisation d’Eric Naulleau soit considérée comme une tribune ouverte « gracieusement proposée » (et acceptée) pour qu'il puisse s’exprimer – après le débat – sur Génération M. Certes, qu'Eric Naulleau eut trouvé opportun de s'exprimer via ce blog été un honneur, mais ce n’est pas la réalité des faits. J’ai repris les commentaires sur une page publique tout simplement ; j’ai en effet l’honneur de l’avoir parmi mes Facebook-friends.

 

 

Message posté par Eric Naulleau sur sa page Facebook :

 

Un dernier mot sur le sujet, de crainte que le débat n'en finisse jamais. Ce que je conteste chez Melle Fourest, c'est une manière perverse de tordre la réalité des faits. Oui, Ramadan a bien évoqué la Palestine, non, il ne l'a jamais traitée de sioniste, encore moins d'agent sioniste comme elle l'a prétendu à ONPC. Oui, Ramadan a bien quitté l'université de Rotterdam, non, ce n'était pas en raison de ses activité télévisuelles, comme elle l'a aussi prétendu. Oui, Ramadan a bien dit « certains savants musulmans condamnent l'homosexualité », mais il a ajouté quelque chose comme « je ne suis pas du nombre », ce que Melle Fourest se garde bien de préciser (et qui évidemment change du tout au tout le sens de la phrase).

 

Oui, Melle Fourest s'est bien fait éparpiller par M. Ramadan au terme d'un débat très confus chez Taddeï, d'où rien de bien intéressant n'est sorti. Non, nulle complaisance de ma part lors du débat avec M. Ramadan à ONPC : je souhaitais obtenir et j'ai obtenu des clarifications sur des points aussi précis que cruciaux : la condamnation ou pas de l'homosexualité (je n'y reviens pas), ce fameux « moratoire » sur la lapidation des femmes (qui m'avait fait bondir et au sujet duquel M. Ramadan s'était montré pour le moins ambigu lors de son débat avec Nicolas Sarkozy) et enfin la burqa dont M. Ramadan a confirmé qu'elle ne correspondait à aucun précepte religieux, ajoutant même en réponse à une question de ma part qu'il s'efforcerait de dissuader une convertie de la porter.

 

Dans l'un et l'autre des débats, j'ai lu avec attention les deux livres qui en constituaient le support et le prétexte (au sens littéral du mot) et je comprends fort bien que Melle Fourest n'apprécie pas que j'aie éclairé quelques-unes des contradictions et des intolérances de son ouvrage. C'est en partie mon travail de chroniqueur à ONPC.

 

Enfin, il paraît que le fait de proposer de reconvertir les églises en écoles scientifiques ou autres relevait de la plaisanterie. J'indique que la plaisanterie court de la p.193 à la p.197 de « Libres de le dire »avec notamment la proposition de Taslima Nasreen d'« interdire la construction de lieux de culte », remarque dont l'humour m'échappe et qui ne suscite chez Melle Fourest qu'une vague contradiction de pure forme.

 

 

« Ils prennent l’étiolement de leurs âmes pour de l'humanisme et de la générosité. »

- Stendhal, cité par Eric Zemmour -

Partager cet article

Repost 0
Published by Génération M - dans Société
commenter cet article

commentaires

plume-blanche 08/07/2010 01:08


Les arguments avancés sur ce site sont pertinents surtout ceux qui concernent votre position vis à vis des positions que vous avez sur Caroline Fourest. µ
En cela, j'ai apprecié votre dernier article qui fait une sorte de mise au point sur les images que vous avez fait de Caroline Fourest.
En general, je deteste les caricatures sur qui que ce soit mais j'apprecie votre argument avançant que Caroline Fourest defend ce genre de caricatures quand il s'agit de l'Islam et ce qu'elle
voudrait rejetter. Parcontre, on saura desormais grâce à vous que quand il s'agit d'elle on adopte un comportement beaucoup plus fermé...
Je le repete, je n'aime pas les caricateures quelquelle soit mais d'une certaine manière les votres nous auront apporté un enseignement important sur Caroline Fourest : les caricatures et les
moqueries à geometrie variable pronés par Caroline Fourest. Autrement dit, les caricatures quand ça nous siet mais non quand ça nous sciet pas...=). Je trouve cela vraiment pitoyable et d'une
certaine manière et pour l'avoir écouté à maintes reprises pensant qu'elle pouvait avancer des arguments constructifs, je trouve qu'elle est très fermé d'esprit, c'est elle qui decide de ce qui est
le verité et de ce qu'elle considere comme bon tout autre position autre que la sieene on a l'impression qu'elle le rejette : voila un bon exemple d'humanisme si je puis dire. En cela, on peut
reprendre l'expression de Tariq Ramadan dans le debat qui a opposé caroline fourest et tariq ramadan en novembre 2009 "bienvenue au dogmatisme de la seule raison raisonnable"voila qui est bien dit
mais revelateur d'une vraie fermeture d'esprit.
Sur son blog, j'ai pu lire par exemple que " Mais alors, pourquoi ne pas interdire le voile simple ? Ne porte-t-il pas atteinte à la dignité des femmes ?" titre de l'article : voile integral par ou
s'en sortir".
On aimerait savoir pour quelle raison Caroline Fourest peut affirmer aussi catégoriquement et generalement que le port du voile "simple" comme elle dit est une atteinte à la dignité des femmes.
Certes, il y'a des femmes qui sont obligés de le porter et il faut lutter mais il y'a aussi des femmes qui le portent par choix, qui sont libres et dignes, bien sur Caroline Fourest ne le
reconnaitra jamais car pour elles catégoriquement et radicalement : les femmes qui portent le voile sont forcement soumises et rabaissées. Encore une fois bel exemple d'humanisme ! La tolérance
n'est bonne que lorsqu'elle va dans le sens de Caroline Fourest...Je trouve cela vraiment dommage.

Bonne continuation à votre site et bon courage pour la suite.
J'aimerais aussi vous inviter à passer et à commenter si vous le souhaitez ce site www.ouktiasma.com qui reprend les prjugés que l'on peut avoir sur l'islam mais aussi une catégorie spiritualité,
je denonce, et les valeurs de l'Islam et de nombreux sujets d'actualité.

bonne continuation,


Génération M 08/07/2010 14:36



Merci pour votre commentaire.


Je m'associe à l'ensemble de vos remarques. Si je n'avais qu'une chose à dire à Mme Fourest, ce serait : "pourquoi tant de haine ?" ; il y a bien longtemps que l'explicitation de ses desseins
sont du domaine public. Enfin bon, "hurler" est son droit.


Je jetterai un oeil au site que vous m'avez recommandé.


A bientôt,



Teoden 27/05/2010 02:54


Merci. Ça fait plaisir de lire un article comme ca.


LG 19/05/2010 19:46


Vous êtes bien aimable avec cette insupportable bonne femme !


Génération M 19/05/2010 19:57



Un compliment sans doute ? :-)



H 05/05/2010 13:33


Petite rectification : C'était le samedi 24 Avril 2010. :)


Génération M 05/05/2010 19:59



Bien vu.


C'est une technique que mes profs utilisaient pour voir si l'audience était attentive ;-)


Ouais bon, je n'ai jamais trouvé l'argument crédible ... (merci à toi !)



brassweb 05/05/2010 00:47


en tous cas, Zemmour et surtout Naulleau ont été surpris en flagrant délit de mensonge ce soir là, voir la vidéo:
http://www.youtube.com/watch?v=8LoNWVwTVi8


Génération M 05/05/2010 01:40



Ca arrive aux meilleurs de se tromper ;-)

Disons qu’ils ne peuvent pas se rappeler de tout, d’autant que – sans spécialement prendre leur defense (j’essaie de rester objectif) – Madame Fourest a commencé sa plaidoierie en sous-entendant
que Tariq Ramadan aurait voulu dire qu’elle était farouchement sioniste (que Tariq Ramadan ait voulu dire ça ou pas, veuillez lui accorder qu’il n’a peut-être pas voulu le dire dans ce sens là –
je ne suis pas dans sa tête).

C’est ça – à mon avis – qui a « emballé » nos deux chroniqueurs, elle qui a l’habitude de retraduire tout ce qu’elle entend selon ses postulats : « Vous ne décodez pas quand il parle à son
public. » (ce qui résume l’article ci-dessus).

Cela dit, il y a des nuances qui valent ce qu’elles valent :

« Quand on ne me pardonnera jamais la façon dont je soutien la Palestine. »
Vs « Caroline Fourest ne supporte pas la façon dont je soutiens la Palestine. »

Y a-t-il une nuance dans l’esprit de Tariq Ramadan ? JE N’EN SAIS RIEN, peut-être que oui ; peut-être que non. Je n’ai pas eu la chance d’avoir la clairvoyance de Caroline Fourest.




Bienvenue Sur Génération M !

  • : Génération M
  • Génération M
  • : Parce que l'ultra-libéralisme mondialiste droit-de-l'hommiste à la sauce atlanto-sioniste, n'empêche pas (encore) de réfléchir et de se poser les bonnes questions. BONNE VISITE !
  • Contact

Message d'accueil

logo_generationM.jpg
Bonjour et bienvenue sur ce blog !

Cet espace se veut être un lieu d'échanges et d'informations - disons - alternatives.
Vous êtes donc cordialement invités à laisser des commentaires ; je ne suis pas un "sectaire" qui prétend détenir "toute la vérité", c'est pourquoi je suis ouvert au dialogue. (lire plus...)

Merci d'avance de parler de ce blog.
Vous êtes la meilleure publicité !

bouton_intro-objectif.jpg
bouton actu
bouton pres-art

Recherche

Archives

www.generationM.be

Des idées pour améliorer ce blog ?
Vous avez noté une faute d'orthographe ?
Un lien qui ne fonctionne pas ?
Vous avez des questions ?
Merci de nous contacter
ici