Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 02:43

Cet article a pour but, à travers un excellent cours/vidéo du frère Hassan Iquioussen, de mieux connaître l’incroyable épopée de l’Islam … mais également son déclin.


 

Vous trouverez à la fin de l’article quelques vidéos en bonus, « Charlemagne et les arabes », et « les inventions venues d’Orient », pour comprendre comment les peuples ont adhéré à cette grande religion et cette grande civilisation. Il est évident que le croyant, musulman, risque d’être très passionné par ce rappel historique, voire même être fier, de ce que l’Islam a – en son temps glorieux – apporté à l’occident.

Personnellement, j’ai naturellement apprécié cette narration concise de l’histoire islamique, même si je moins fier de son déclin. Un déclin tel que les dénégateurs de l’Islam ont réussi à faire passer un des plus gros médiamensonges de l’histoire, à savoir : l’Islam, une religion du moyen-âge*. Devant certains agissements d’actualité, on se demande qui est vraiment retombé dans le moyen-âge …

 

* Sourate 6 v116 : « Et si tu Obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier d'Allah : ils ne suivent que la conjecture et ne font que fabriquer des mensonges » [Traduction relative et rapprochée]

 

C’est tout l’intérêt de ces vidéos : comprendre l’histoire et/ou peut-être la voir sous un autre angle.

 

 

Introduction

Source : Wikipedia

 

Le mot calife, ou khalife (en arabe et en persan) est une romanisation de l'arabe khalîfa (خَلِيفَة), littéralement « successeur » (sous-entendu du prophète), terme dérivé du verbe khalafa (خَلَفَ) signifiant « succéder ». C’est-à-dire vicaires ou successeurs, titre porté par les successeurs de Mohammed (paix et bénédiction sur lui) après sa mort en 632 jusqu'à l'abolition de cette fonction par Mustafa Kemal Atatürk en 1924. Les califes réunissaient le pouvoir temporel au pouvoir spirituel. Le porteur du titre a pour rôle de garder l'unité de l'islam et tout musulman lui doit obéissance : c'est le dirigeant de la oumma, la communauté des musulmans. L'autorité d'un calife s'étend sur un califat. Il porte aussi le titre de commandeur des croyants (Emir al-mouminîn).

À la mort de Mohammed (paix et bénédiction sur lui) en 632, le premier calife est Abou Bakr (que Dieu l’agrée) qui poursuit la conquête de la péninsule arabique. À sa mort en 634, son premier ministre Omar (que Dieu l’agrée) lui succède. Celui-ci conquiert la Palestine, la Mésopotamie, l'Égypte et la Perse ; en 644, il est poignardé par un ancien esclave perse. Avant de mourir, il désigne un comité de six personnes qui devront choisir parmi eux le troisième calife. Ce sera Othman (que Dieu l’agrée), 644-656. Le quatrième calife est Ali (que Dieu l’agrée), 656-661.

Ensuite le califat devient dynastique. La première de ces dynasties est celles des Omeyyades qui choisissent Damas comme capitale. Viennent ensuite celles des Abbassides, qui portent leur siège à Bagdad. Ceux-ci voient leur autorité contestée et la proclamation de califes concurrents (Fatimides au Caire, Omeyyades à Cordoue) si bien que vers l'an 1000, le monde musulman est divisé en trois califats indépendants.

 

On distingue trois principaux califats :

1. Celui d'Orient
, dont le siège fut à Médine jusqu'à la mort d'Ali, puis à Damas sous la famille des Omeyyades, et à Bagdad sous celle des Abbassides ; il dura 626 ans (632-1258) ; califat unique à ses débuts, certains territoires s'affranchirent par la suite de son autorité en se constituant comme califats concurrents.

2. Celui d'Égypte
ou des Fatimides, qui fut fondé en 909 par Ubayd Allah al-Mahdi, descendant de Fatima, fille de Mohammed (paix et bénédiction sur lui), et qui fut renversé en 1171 par Saladin.

3. Celui de Cordoue
, issu d'un émirat fondé à Cordoue en 756 par Abdérame, de la famille des Omeyyades, et démembré en 1031.

 

Les califes furent d'abord élus mais, dès la fin du Ier siècle de l'hégire, Muawiya Ier (ou Moavian, Muawiyya), le premier calife Omeyyade, abolit l'élection et rendit le califat héréditaire dans sa famille. Ils perdirent toute puissance temporelle depuis la création de l'Emir-al-Omrah (935). Il y eut pourtant des califes jusqu'en 1516 ; en cette année, le sultan ottoman Selim Ier se fit céder le califat par le dernier abbasside, Al-Mutawakkil III. Selim Ier fit transporter les reliques de Mohammed (paix et bénédiction sur lui) et des quatre premiers califes à Istanbul comme symboles de sa position califale.


Reliques du prophète (paix et bénédiction sur lui) conservées à Istambul




L'autorité califale fut à partir de cette date assurée par la Dynastie ottomane jusqu'à ce que Kemal Atatürk abolisse le califat en 1924, 2 ans après avoir aboli le sultanat.

Le 101ème et dernier calife fut Abdülmecit II (ou AbdelMajid II).

 


Histoire : des 4 califes à l’empire ottoman

 

Partie 1

 

 

Partie 2

 

 

Partie 3



Partie 4

 
Pour vous procurer l’intégralité de ce cours d’histoire, cliquez ici

 

 

 

« Un air de déjà vu »

Finalement l’histoire de cette « grande civilisation qu’est l’Islam »* est une histoire qui n’a fait – et qui fait toujours – que se répéter. A chaque fois que les musulmans furent unis (dans la foi authentique – sahih –), l’Islam a régné en maître, et le monde a connu – dans l’ensemble – une paix durable. Ce sont ensuite l’amour de ce bas-monde et les guerres fratricides qui ont rogné considérablement les territoires conquis par les musulmans. Si les musulmans furent accueillis comme des libérateurs**, les califes faibles, injustes et/ou corrompus (et les trahisons internes) ont rompu tous les pactes de stabilité des diverses régions où les musulmans régnaient.

 

« Et quiconque prend pour alliés Allah, Son messager et les croyants, [réussira] car c'est le parti d'Allah qui sera victorieux »

[Sourate 5 v56. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

Ne vous y méprenez pas : les musulmans ne pourront prétendre avoir Allah et son messager comme alliés que lorsqu’ils seront sincères dans leur foi (un culte exclusif, sans associé ; ce qui sous-entend sans adoration de ce bas-monde, de ses parures et autres biens matériels). Lorsqu’ils rechercheront à satisfaire leur Seigneur à travers la Sunna authentique plutôt qu’à travers les polémiques et les ambiguïtés. 

Le secours viendra inch’Allah lorsque chaque musulman (re)découvrira sa religion purifiée de l'imitation aveugle des traditions et autre innovations et inventions sans fondement.

 

« Puis ils suivirent des successeurs qui héritèrent du Livre, mais qui préférèrent ce qu'offre la vie d'ici-bas en disant : “Nous aurons le pardon.” Et si des choses semblables s'offrent à eux, ils les acceptent. N'avait-on pas pris d'eux l'engagement du Livre, qu'ils ne diraient sur Allah que la vérité ? Ils avaient pourtant étudié ce qui s'y trouve. Et l'ultime demeure est meilleure pour ceux qui pratiquent la piété. Ne comprendrez-vous donc pas ? »

[Sourate 7 v169. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

Ce verset résume à lui seul la situation des musulmans aujourd’hui. Certes, l’ennemi est puissant. Mais ce dernier est face – il faut l’admettre – à un adversaire à genoux, à savoir des musulmans perdus dans une société de consommation vide de toute identité, « ethnique »*** ou spirituelle.



* « Grande civilisation qu’est l’Islam » avec des guillemets  pour lui rappeler toutes ses tares. Mon souhait naturel, en tant que musulman, est que nous puissions un jour les supprimer définitivement ! Et que les musulmans puissent être à nouveau unis dans l’unicité de Dieu et dans l’authenticité du message de son glorieux prophète, Mohammed (sall’Allah wa alaihi wa salam).

** Les peuples ont accueilli l’Islam comme les européens ont accueilli les Américains en 1945. Certes les contextes étaient différents ; le principe qu’il faut retenir étant : « Un pouvoir fort apportant une libération, une protection (militaire) et un concept de société (supposé) plus juste », hier c’était l’Islam aujourd’hui c’est la « démocratie ». Il incombe aux musulmans de démontrer (à travers - entre autres - la bonne compréhension) que l’Islam est plus juste (et plus moderne !) qu’une démocratie (libéralo-mondialiste) qui a clairement montré ses limites en matière de justice (« les plus forts dominent les faibles ») et d'éthique.

*** Immigration massive de gens ayant perdus leurs repères, leurs cultures, et leurs traditions (une bonne partie des immigrés musulmans a même oublié Allah !) avec un brassage ethnique encouragé entre autres par les médias et la « libération sexuelle ». Des peuples absolument vides de culture et de spiritualité où s’entremêlent des musulmans (ou « d’origine arabo-musulmane ») qui surnagent avec plus ou moins de réussite …

 

 

D’où viennent les malheurs des musulmans ?

A qui la faute ? Aux sionistes ? Aux croisés ? Aux dirigeants arabes corrompus ? Aux illuminati ? Aux Francs-maçons ? A la CIA ?

 

Bien sûr que non ; car il ne faut pas confondre la cause, et l’effet de la cause !

La cause, c’est certainement ce que Dieu décrit dans le Coran (lorsqu’Il parle de ceux qui ont préféré la vie d’ici-bas), et l’effet de la cause est que les ennemis déclarés de l’Islam ont ensuite pris le dessus (sur des gens « insouciants » qui ont de surcroit perdu « toute protection divine »).

Et cela n’est pas près d’évoluer tant que les musulmans ne se remettront pas en question INDIVIDUELLEMENT : ça veut dire, en retournant à la religion authentique, telle que l’ont comprise les meilleures générations.

 

« La meilleure génération est la mienne puis la génération qui lui succède puis celle qui succède à cette dernière ».

[Rapporté par al-Boukhari, 3650 et par Mouslim, 2535]

 

Méfiez-vous des réformateurs ! En dépit des signes qui pourraient facilement être interprétés comme annonciateurs de la fin des temps, « le Mahdi », à savoir le guide que la communauté attend depuis des siècles, n’est toujours pas apparu. Il est fort probable que personne n’a – à ce jour – l’aura, la sagesse, la connaissance nécessaire, et le « leadership » pour pouvoir réunir tous les musulmans sous la même bannière.

Et il semble évident qu’avant d’espérer des épopées plus glorieuses (et le rétablissement du califat), il y a un travail qui doit être fait de l’intérieur.

 

« En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce que est en eux-mêmes »

[Sourate 13 v11. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

Ce verset s’est toujours vérifié dans l’histoire de la civilisation musulmane. Puissent les individus qui composent cette « Oumma » (communauté) méditer sur ce verset. Il n’y a rien de plus concret pour expliquer tout ce qu’on peut observer aujourd’hui dans le monde musulman ; et par extension ailleurs dans les « démocraties » qui élisent à chaque fois les mêmes escrocs.

 

Nous avons tous, quelle que soit notre confession, les dirigeants et les modèles de société qu’on mérite !

 

 

Islam radical ?

Malheureusement, et je le dis sans vouloir choquer aucun frère ou aucune sœur qui partage ma foi, on confond souvent – et avec une ignorance profonde – « retour à la sunna/à l’Islam authentique » avec « l’extrémisme religieux », péjorativement décrit sous le « salafisme », ou le « wahabisme » ; des termes que malheureusement peu maîtrisent et qui ne veulent finalement « pas dire grand-chose ». J’aurai inch’Allah le temps d’évoquer ce sujet ultérieurement.

Pourquoi certains musulmans en arrivent (encore) à « polémiquer » quant à l’application de la sunna (tradition prophétique) ? On entend même certains, parler de la nécessité d’une  « réforme islamique ».

Je répondrais que :
 

Ce sont les musulmans qui doivent se réformer (individuellement) ; et non réformer l’Islam pour ceux qui n’ont pas compris et/ou qui se sont divisés en « sectes ».

 

Réformer l'Islam, en plus d'être une hérésie manifeste*, est la porte ouverte à ce que des gens ignorants ou mal intentionnés (ou les deux !) transforment le message divin en une religion « malléable » par les « forces du mal » ; c'est-à-dire ceux qui s’enorgueillissent d’avoir « terminé » les croisades en 1924 (Atatürk) et qui assoient depuis leur domination (idéologique, et non plus strictement spirituelle, théologiquement parlant) sous le couvert de la laïcité. L’Islam ne connaîtra pas, par la grâce de Dieu, de « Vatican II ».

* Sourate 5 v3 : « Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous ».  Celui qui abroge un texte ou ajoute des choses nouvelles est donc considéré comme un hérétique, et ne doit bien évidemmment pas être suivi, du moins pour ceux qui aspirent à se cramponner au Vrai.


L’Islam qui a conquis « le monde » fut un Islam juste, épuré de toute fausse croyance (de l'héritage païen). Il faut bien se rendre compte (plus particulièrement aujourd’hui, dans nos civilisations vides spirituellement) que plus on est « éloigné » de l’Islam, plus l’Islam authentique risque de paraître « radical » : ainsi, un alcolo cocaïnomane risque de trouver radical que l’Islam prohibe l’usage de drogues (ainsi que l’alcool évidemment). De même qu’on puisse trouver « extrême » de devoir prier 5 fois par jours quand on ne croit tout simplement pas en Dieu, ou quand on a une conception imparfaite de la Puissance de Dieu.
 

« Certes, la Salat est une lourde obligation, sauf pour les humbles »

[Sourate 2 v45. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

Le message islamique est avant tout une éducation, c’est quelque chose qui se construit progressivement, un parcours de toute une vie. Le prophète Mohammed (paix et bénédiction sur lui) a reçu la prophétie à l’âge de 40 ans et a prêché pendant 23 ans. Les principes islamiques ont ainsi été enseigné à un peuple païen, idolâtre, et barbare (les arabes de l’époque préislamique avaient – pour ainsi dire – « tous les défauts du monde ») sur une période de 23 ans.  Petit à petit, pas à pas, c’est toute une nation qui, progressivement, a su se réformer et s’élever spirituellement (dans l’unicité de Dieu) ; pour former à leur tour les meilleurs disciples qui l’Islam ait connu. Il fallait bien ça pour que le message nous parvienne intact 1400 ans après !

L’Islam manque certes de « prédicateurs »* qui ont la science ET la sagesse (les qualités de notre bien-aimé prophète). Beaucoup de gens qui appellent à l’Islam (ou qui parlent d’Islam) le font sans science (et souvent sans beaucoup de crédibilité) ou avec un cruel manque de sagesse. C’est ce que je reproche à certains « mouvements » : certains ont – en apparence – un certain acquis en sciences religieuses (je dirais plutôt : « certaines connaissances religieuses »), mais malheureusement pas toujours beaucoup de « hikma » (sagesse) quand il s’agit de s’adresser aux autres.

 

« C'est par quelque miséricorde de la part d'Allah que tu (Muhammad) as été si doux envers eux ! Mais si tu étais rude, au cœur dur, ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne-leur donc, et implore pour eux le pardon (d'Allah) »

[Sourate 3 v159. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

* Je mets « prédicateur » entre guillemets dans le sens ou chaque musulman est sensé prêcher par son comportement. Là encore on est – et je m’inclus bien évidemment – loin du compte. Merci aux non-musulmans de ne pas vous arrêter à ce qui peut vous arriver de voir.

 

Le verset nous informe que la douceur (envers son prochain) est une grâce divine ! L’Islam – qu’on dit « radical » (pour mieux effrayer ?) – a été transmis par le meilleur des hommes. Et c’est précisément cet Islam qui s’est propagé jusqu’en Chine et en Andalousie ! A nous de méditer sur notre comportement, et plus spécialement sur notre façon de s’adresser à ceux qui ne partagent pas toujours notre opinion (ou notre foi).

 

« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c'est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s'égare de Son sentier et c'est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés »

[Sourate 16 v125. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

De la meilleure des façons, ça veut tout simplement dire qu’on ne doit ni heurter, ni imposer, ni être arrogant, ni s’écouter parler, ni faire des procès d’intention, etc.

Je pars du principe que toute le monde est éventuellement prêt à écouter d’autres points de vue et – pourquoi pas ? – débattre. Mais encore faut-il que l’interlocuteur soit un minimum ouvert, poli, et aimable. A ce niveau là, je pense que personne parmi mes coreligionnaires ne me contredira si je dis que beaucoup parmi nous doivent méditer sur le verset cité.

Je ne parle pas spécialement de prosélytisme ! Je parle tout simplement de dire qui on est, quels sont ses valeurs, comment on voit les choses, sur quoi on se base, etc. Les enjeux mondiaux sont tels, aujourd’hui, qu’on a besoin de toutes les forces positives pour arriver à une société plus juste ! Mais pour cela, il faut que les gens arrivent à communiquer entre eux, sans penser que l’un veut rétablir le califat (dans un pays à tradition judéo-chrétienne devenu laïque : calmons-nous car, même si les gouvernements « aiment faire peur », ce n’est pas pour demain ! 
J), ou que l’autre souhaite la mort du sarazin. 


Le dialogue est la clé de la libération des peuples
 

Qu’on se le dise : pour être entendu, il faut d’abord (apprendre à) écouter les autres, et aller au-delà des croyances de chacun. Et pour être entendu par le plus de monde possible, il faut vraiment faire l’effort d’écouter « tous les points de vue ». Les entendre, et même les comprendre, ne veut pas nécessairement dire être d’accord, mais au moins le débat est posé. Ayez ne fusse qu’une « certaine forme de mépris », vous récolterez, devinez quoi ? Du mépris !

Le dialogue dans le respect et l’échange d’idées sont des choses qui feraient bien avancer les rapports entre les citoyens d'une même nation, surtout que je suis convaincu (ce n’est qu’un modeste avis personnel qui n’engage que moi) que l’humanité à UN ennemi en commun !

Qui souhaiterait que les chosent changent ? Pas les tyrans au pouvoir croyez-moi ! La situation actuelle les arrange tous, c’est une évidence !* C’est pour cela que les médias éduquent les gens afin de remonter tout le monde contre tout le monde. Seul « le sage » ne tombe pas dans ce piège grotesque.

 

« Il (Allah) donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui est donné. Mais les doués d'intelligence seulement s'en souviennent »

[Sourate 2 v269. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

* La tyrannie héritée des plus gros despotes iniques tels que les pharaons est parfaitement illustrée par « nos temps modernes ». Cette crise « économico-financière », si elle n’existait pas, il fallait l’inventer ! C’est le droit des peuples à continuer d’être exploités et soumis à l’autorité qui décide à qui donner du travail, quel type de travail, et à quelles conditions ! Les tyrans d’aujourd’hui décident à qui faire la guerre et quel type de guerre : militaire, embargos, famines, maladies/épidémies, …  Il est sûr et certain que si l’Islam avait une génération de musulmans (ouverts, modernes, forts, et justes) à même d’instaurer un califat, tel qui le fut jadis, nul doute que les peuples (pas la « jeunesse bourgeoise ») accueilleraient les musulmans en libérateurs. On est bien entendu loin du compte : les musulmans devant d’abord se libérer de leurs chaînes, de leur amour de ce bas-monde, et – surtout – de cet orgueil qui les empêche d’écouter les autres, pour évoluer, se réformer individuellement. Et ainsi contribuer à rompre avec l’inertie et la soumission.

 

 

Bonus : Charlemagne et les arabes, et les inventions venues d’Orient

Charlemagne et le marchand Juif

 

 

Note : le marchand Juif ne dit pas que des choses tout à fait exactes.

Ainsi le prophète (paix et bénédiction sur lui) ne pouvait avoir l’orgueil d’estimer que les arabes avaient besoin d’avoir leur propre prophète puisqu’il ne s’est pas proclamé prophète de lui-même ! Il a certes répété le message divin : « Nous t'avons envoyé avec la Vérité en tant qu'annonciateur et avertisseur, Il n'est pas une nation qui n'ait déjà eu un avertisseur » (Sourate 35 v24).

Présenter l’Islam comme « une branche de la tradition juive et chrétienne est non seulement très réducteur, mais aussi très faux : « Il a fait descendre sur toi le Livre avec la vérité, confirmant les Livres descendus avant lui. Et Il fit descendre la Thora et l'évangile » (Sourate 3 v3), il s’agit ni plus ni moins que de la continuité du message et du rappel de l’unicité de Dieu après que les révélations antéislamiques furent altérées.

Le marchand Juif dit aussi que les gens se seraient convertis pour ne pas payer d’impôt ? Alors qu’il reconnaissait avoir sauté lui-même dans le bras des libérateurs, des sauveurs musulmans. Effectivement les non-musulmans payaient l’impôt (statut de
Dhimmi*), comme tout citoyen dans toutes les civilisations, en échange de droits et devoirs. Les Juifs ont trouvé en ce statut un répit aux persécutions chrétiennes. Ils peuvent tous, aujourd’hui encore, en témoigner.

 

* Wikipedia : Un dhimmi est, selon le droit musulman, un non-musulman ayant conclu, avec les musulmans, un traité de reddition (dhimma) déterminant ses droits et devoir.

 

Le terme dhimmi s'applique essentiellement aux « gens du livre » (Ahl al-kitâb), qui, dans le champ de la gouvernance islamique, moyennant l'acquittement d'un lourd impôt de capitation (jizya), d'un impôt foncier (kharâj), d'une certaine incapacité juridique et du respect de certaines règles édictées dans un "pacte" conclu avec les autorités, se voient accorder une liberté de culte restreinte, une dispense de certaines obligations que les musulmans sont tenus d’observer (comme l'aumône obligatoire zakât ou servir dans l'armée) ainsi que la garantie de sécurité pour leur personne et pour leurs biens. En échange, certaines contraintes sont imposées, comme l'interdiction de construire de nouveaux lieux de culte ou l'interdiction du prosélytisme. L'ensemble de ces règles théorique sera mis en œuvre de façon plus ou moins stricte selon les périodes et les lieux.

 

 

Les inventions venues d’Orient




2e partie




3e partie

 

  

 

« Et il vous accordera d'autres choses encore que vous aimez bien : un secours [venant] d'Allah et une victoire prochaine. Et annonce la bonne nouvelle aux croyants »

[Sourate 61 v13. Traduction relative et rapprochée du sens du verset]

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Génération M - dans Conscience islamique
commenter cet article

commentaires

amir 17/02/2017 02:14

Salam alaykoum
Très bon récit historique , on voit a travers ce récit , que mettre le pouvoir politique et spirituel entre les mains d'une seul personne sans contre pouvoir , bonjour les dégâts , il suffit de voir le monde musulmans actuel , des richesses a l'infini qui profitent uniquement a certains, l'islam c'est la solution , oui mais les muslmans n'ont aucun système de gestion des affaires de la cité , dans le coran Allah (swt) parle de shoura entre nous, donc le suffrage , le vote , dites moi ou avez vous un vote sain dans le monde musulman , un dirigent qui ne peut être critiqué , parce qu'il represente le pouvoir politique et spirituel , donc une personne infaillible , certain rêve du kalifat on a vu a travers l'histoire ou ça c'est terminé, un système dynastique qui n'existe nul part ailleurs dans notre saint coran, la démocratie est un système de gestion de la cité d'origine grec, l'Occident le voit comme le meilleur moyen de gérer leur société , quoi qu'on dise , nous avons pas a critiquer ce système, vu que nous avons rien d'autre à offrir comme remplacement.
Le débat positif, l'autocritique , le pouvoir , le contre pouvoir , la justice , la liberté d'expression ,le droit a la vie et au bonheur , c'est la base de l'émancipation d'une société , ou la raison prime sur les sentiments, afin d'arrivée a une société juste . un peuple qui rêve que du passé , ne peut avoir de place dans le future ,

Najat 28/06/2009 23:08

amine me garde musulmane jusqu'au dernier souffle surtout lol

je pense qu'il n'est jamais trop tard pour avoir la sagesse et avec l'âge l'être humain change et muri et doit devenir plus sage dans ces propos et non le contraire allahouarem
hadth: Le prophète Muhammad (sws) a dit : "L'homme acquier les plus hauts degrés au Paradis et les places d'honneur, rien que par la noblesse de caractère alors même qu'il n'a que de médiocres pratiques cultuelles."

Génération M 28/06/2009 23:13


Très beau hadith machAllah, je ne connaissais pas. Tu as une référence éventuellement ?


Najat 28/06/2009 21:59

Salam alekoum comme d'habitude très instructifs(surtout pour les personnes qui n'aimaient pas trop les cours d'histoire lol)
Pour le dialogue tout à fait d'accord avec vous on doit être à l'écoute et avoir la sagesse quand on dialogue se qui manque énormément dans notre communauté hélas
jazakalah encore pour tous ce que vous donnez qu'ALLAH vous récompense

Génération M 28/06/2009 22:40



Wa alaikoum salam,

Ca fait plaisir, merci. Pour moi aussi ça fait un peu office de « cours de rattrapage »

Je pense que l’histoire du monde « moderne » peut se résumer sur base de ces 2000 dernières années : Jésus (paix sur lui) « el massih » (le messie) fut une dernière chance pour les israélites de
se réformer en suivant un prophète sorti parmi eux ; Mohammed (sall’Allah wa alaihi wa salam) a voulu unifier toutes les religions monothéistes : le judaïsme et le Christianisme (post Jésus)
réinterprété par Paul. Ensuite ce furent les croisades, … 1924, 1945, L’union Européenne, le nouvel ordre mondial (20 ??), la religion du Dajjal/Antéchrist, …

S’il y a une chose où je suis d’accord avec Bush, c’est qu’il s’agit d’un combat entre « le bien », et « le mal ». Il ne reste plus qu’à découvrir qui est « le mal ». Petit indice : ceux qui
détiennent les médias ont une arme déloyale pour nous expliquer leur vision des choses …

Quant à a sagesse, comme on le sait : « Allah la donne à qui il veut, et quiconque à qui la sagesse a été donnée, vraiment c’est un grand bien qui lui a été donné ».

Qu’Allah te garde sœur Najat.



Bienvenue Sur Génération M !

  • : Génération M
  • Génération M
  • : Parce que l'ultra-libéralisme mondialiste droit-de-l'hommiste à la sauce atlanto-sioniste, n'empêche pas (encore) de réfléchir et de se poser les bonnes questions. BONNE VISITE !
  • Contact

Message d'accueil

logo_generationM.jpg
Bonjour et bienvenue sur ce blog !

Cet espace se veut être un lieu d'échanges et d'informations - disons - alternatives.
Vous êtes donc cordialement invités à laisser des commentaires ; je ne suis pas un "sectaire" qui prétend détenir "toute la vérité", c'est pourquoi je suis ouvert au dialogue. (lire plus...)

Merci d'avance de parler de ce blog.
Vous êtes la meilleure publicité !

bouton_intro-objectif.jpg
bouton actu
bouton pres-art

Recherche

Archives

www.generationM.be

Des idées pour améliorer ce blog ?
Vous avez noté une faute d'orthographe ?
Un lien qui ne fonctionne pas ?
Vous avez des questions ?
Merci de nous contacter
ici